Le Cavalier Romand
28.04.2011

A Leipzig, Pius Schwizer gagne... un hors d'oeuvre avec "Verdi", mais se classe 14e dans la première épreuve finale. Il garde toutes ses chances, mais les Allemands, qui réussissent le triplé grâce à MM. Kutscher, Ehning et Ahlmann, semblent très forts.

Emmenés par Marco Kutscher (portrait), les Allemands n'ont pas manqué leur entrée en matière dans la 33e finale de la Coupe du monde Rolex FEI de saut, ce jeudi 28 avril, devant des tribunes assez clairsemées... mais comblées! Va-t-on, comme en 2002, lors de la première finale organisée à Leipzig, vers un triomphe des Allemands chez eux? Le chef de piste, Frank Rothenberger, est le même - il avait alors été puni pour avoir proposé certaines lignes aux siens lors d'un entraînement -  et le vainqueur d'alors, Otto Becker, est devenu chef de l'équipe germanique. Quant à Ludger Beerbaum, 2e mais moins à l'aise cette fois-ci, comme tant d'autres, il est toujours en selle.
Mais quand Beerbaum flanche, son (premier) lieutenant, Marco Kutscher est souvent prêt à prendre le relais. Ce fut encore le cas ici, le grand Marco s'imposant, devant ses compatriotes Marcus Ehning et Christian Ahlmann.
Dans cette chasse (13 obstacles et 16 efforts, avec trois doubles, quasiment à la suite), une épreuve qui ouvre traditionnellement la finale, les Allemands ont clairement dominé. Et grâce à l'ample foulée de son grand "Cash", monté avec finesse et précision, Kutscher a pris une longueur d'avance au tenant du titre, Marcus Ehning, qui mise cette fois-ci sur la seule "Sabrina", et sur Ahlmann, épatant avec "Taloubet Z".

Les bonnes surprises et les moins bonnes...
Et si la doyenne US Margie Engle, 5e, a surpris, si la jeune Néo-Zélandaise Katie McVean, 6e, en a bluffé plus d'un, si Kevin Staut, 9e, a (presque) tenu son rang, tout comme Malin Baryard Johnsson, merveilleuse 10e, on a surtout assisté à la déroute de plusieurs favoris, comme les Américains McLain Ward et Rich Fellers, 21e et 22e, Ludger Beerbaum, 30e pour avoir misé sur "Coupe de Coeur" (!) et non sur "Gotha", sans parler d'Edwina Alexander et de Denis Lynch, tous deux éliminés sur chute(!): quelle vexation pour de tels champions!
Dans ces conditions, la 14e place de Pius Schwizer n'est pas une si mauvaise affaire que cela. Le Suisse ne devance-t-il pas Meredith Michaels Beerbaum, 15e avec "Shutterfly" (une petite faute en coupant sur le bidet), le champion olympique Eric Lamaze, 17e avec "Hickstead" (piégé en début de parcours), Beezie Madden 18e, Simon Delestre, 20e, Sergio Alvarez Moya, 23e, et d'autres favoris.

Après "Ulysse", "Carlina"!
Comme l'an passé à Genève, Pius Schwizer a misé sur son petit "Ulysse" dans la chasse et, comme l'an passé, il a fait une faute, sur l'avant-dernier obstacle, et sans trop jouer le chrono en début de tour. Rappelons que le Lucernois était 11e en 2010 et que cela ne l'avait pas empêché de finir 2e exaequo avec Beerbaum (alors 17e le jeudi!) et à 1 pt du vainqueur... La route est encore longue!
Pius Schwizer, qui avait gagné juste avant une épreuve en deux phases avec "Verdi III", pour se mettre en appétit, sait bien, en revanche, que pour rester au contact des meilleurs d'ici à dimanche, il devra sortir un sans faute de sa géniale "Carlina" ce vendredi après-midi dans l'Acte II. Tout cela va encore être bien palpitant!

Dressage: "Parzival", comme prévu, mais...
En dressage, le Grand Prix ne comptait pas pour la Coupe du monde Reem Acra, sinon pour donner l'ordre de départ de samedi à 18h00. Victoire logique de la Néerlandaise Adelinde Cornelissen, la grande favorite, avec "Parzival Jerich" (80,957%), mais grande surprise que la 2e place de la princesse danoise Nathalie zu Sayn-Wittgenstein sur "Digby" (76, 884), né chez elle et sa mère, la soeur de la Reine, alors que l'on pensait trouver à sa place une des deux Allemandes, Ulla Salzgeber, 3e avec "Herzruf's Erbe" (76,216%), ou Isabell Werth, 4e avec "Satchmo" (74,818). La 3e Allemande, Helen Langehanenberg suit au 5e rang avec "Damon Hill NRW", Hans-Peter Minderhoud, 6e, Patrik Kittel, 7e, et Edward Gal, 8e avec "Sisther de Jeu", étant loin du compte.  
Alban Poudret
S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!