Le Cavalier Romand
10.07.2009

Affaires de dopage et soutien à Isabell Werth: l'IJRC, l'IDRC et des champions se manifestent

Dans une lettre conjointe, daté du 9 juillet, les cavaliers internationaux de saut et quelques grands noms du dressage et du complet, emmenés par Rodrigo Pessoa, le président de l'IJRC, sa directrice Eleonora Ottaviani et leur comité, ainsi que Margit Otto-Crépin, la présidente de l'IDRC, s'expriment sur le dopage et les propos tenus par la présidente de la FEI, la Princesse Haya, sur la quintuple championne olympique de dressage Isabell Werth (photo).
On relèvera également les noms de Bettina et Andrew Hoy, les champions de complet, de Ludger Beerbaum, Cayetano Martinez de Irujo, Michel Robert et Steve Guerdat, membres du comité de l'IJRC, de Wayne Channon, membre de la Commission pour un Sport propre, et enfin de Lee Pearson, président de la Commission des athlètes FEI, parmi les signataires, qui se prévalent aussi du soutien de leurs membres.
Les signataires prennent la Princesse Haya au mot, la Présidente de la FEI ayant dit à plusieurs membres de la presse le dimanche 5 juillet à Aix-la-Chapelle que la FEI était aussi responsable de la crise actuelle "que nous devons assumé collectivement, en famille, concernant le dopage dans notre sport". Et les signataires de souligner: "Tandis que le Tribunal indépendant de la FEI va probablement prononcer des peines sévères pour les cas de dopage, la Princesse croit que des athlètes comme Isabell Werth n'ont pas voulu tricher ou améliorer leurs performances, mais sont plutôt victimes d'un système qui n'est pas clair".
Touchés par "sa foi en eux", les cavaliers disent partager la vision de la présidente de la FEI et vouloir lutter contre le dopage. Ils rappellent contribuer au travail de la Commission Ljungqvist pour un sport propre et à celui de la Commission Steven concernant l'extension du dopage dans notre sport. Ils entendent clarifier la barrière entre dopage et médication. "Nous accepterons alors des sanctions dans tout cas de dopage, sur la base du code de l'AMA (Agence Mondiale Antidopage)". Ils ont des mots très durs pour la FEI ("Nous avons depuis longtemps le sentiment de ne pas pouvoir communiquer avec la FEI, qui a peu ou pas de compréhension pour ce qui se passe sur le terrain dans nos sports "), qui aurait été sourde à leurs appels et serait donc responsable de l'évolution de cette crise.
Cela dit, dans sa conclusion, cet aéropage de cavaliers redit son soutien au travail de la Présidente de la FEI  et sa confiance en la Commission Ljungqvist "pour trouver une solution unifiée et crédible, car nous pensons fortement que nous déshonorerions nos pays, notre sport, nos chevaux et nous-mêmes en trichant".
A. P.

S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!