Le Cavalier Romand
14.01.2005

Barbeau perd ses quatre cracks...

Coup dur pour Christophe Barbeau, qui voit les quatre chevaux des Stolz partir à l´étranger. Et qui peut ainsi dire adieu à la finale de la Coupe du monde, au moment où il était justement 3e de la Ligue européenne. Et à son zénith.

Jeudi, le 13 janvier, un gros camion a emmené l´olympique "Qerly-Chin", réserviste à Athènes, le très convoité "Chatwin", tous deux âgés de douze ans, le prometteur "Tijl" et l´étalon "Hiver de Kerser" vers les Pays-Bas. Direction les prestigieuses écuries de Jan Tops.

Les offres devenaient de plus en plus nombreuses et astronomiques : "pour des propriétaires amateurs comme nous, ça devenait impossible de résister", précise Vincent Stolz, avant d´ajouter: "ma femme et moi avions déjà largement dépassés nos objectifs. On tire notre révérence en beauté. Christophe est au zénith, il retrouvera donc des cracks. Ursula et moi, en revanche, nous arrêtons tout".

Et le principal intéressé, qu´en dit-il ? "Je vais peut-être me mettre au golf (rires)... Je n´ai plus dans mes écuries que "Loriot XI CH", le bon indigène des Bosson, et quelques chevaux de commerce ". "Si je peux retrouver les sensations de la grande compétition, je continuerai, sinon, je préfère reprendre un grand manège et (ou) un commerce ". Pas d´amertume dans ses propos: "c´est un beau livre qui se referme, treize ans de collaboration avec les Stolz, ce qui m´aura permis de me faire un nom et une réputation. C´est vrai que ça coûte cher d´évoluer à ce niveau-là, alors quand une telle opportunité se présente..."

La rencontre entre Barbeau et les Stolz date de ´92. Charentais de naissance, le jeune Christophe débarquait du Japon, où il était parti huit ans, et il espérait s´établir en Suisse. La rencontre eut lieu à Chiètres. Une quinzaine de chevaux participèrent à l´aventure. " Notre rêve le plus fou, c´était un double sans-faute dans le GP de Genève et il y en a eu deux! Après, tout s´est enchaîné, un chef d´équipe très compréhensif (Rolf Grass), la finale de la Coupe du monde à Milan, les JO, comme réserviste", ajoute Vincent Stolz.

"" Chatwin " aurait encore pu nous mener plus loin, c´est sûrement un des meilleurs chevaux du monde, mais ça devenait intenable, c´est un monde de pros et de mécènes richissimes. Cette vente était dans l´air depuis un certain temps", avoue V. Stolz.

Dommage pour Christophe Barbeau, car 2005 aurait pu être l´année de tous les succès. 3e sur le circuit de la Coupe du monde, 34e au classement mondial. "Je pensais atteindre au but". Dommage aussi pour cette équipe de Suisse, déjà affaiblie par la probable retraite de "Tinka´s Boy" (opéré le 8 janvier au tendon, ce qui lui laisse une mince chance de resauter, mais...), une équipe à dominante romande, dans laquelle il avait toute sa place. Et la regagnera peut-être...

LES MOTS DE STEVE GUERDAT

Jan Tops est l´un des (le ?) plus gros marchands de chevaux de sport du monde et c´est lui qui a finalement fait l´affaire. Malgré de grosses offres américaines... ou suisses. On ignore où les quatre chevaux de Barbeau poursuivront leur carrière. Celui-ci en imagine un ou deux aux Etats-Unis, mais ce ne sont que des suppositions. Et Tops est actuellement à Dubaï. Coéquipier de Barbeau, Steve Guerdat (22 ans) devait lui accueillir ce convoi de choix à Valkenswaard (PB). " Je crois que je devrai en monter plusieurs à l´entraînement, voire même en concours, avant que des acquéreurs ne les prennent, car ils sont destinés au commerce. C´est ainsi, je suis engagé pour ça", précise, un brin fataliste, le Jurassien, qui ne sait du reste jamais combien de temps il pourra conserver les siens. Ainsi est devenu le sport de haut niveau...

Cela n´empêche heureusement pas l´amitié ni les sentiments, et Steve Guerdat avoue: "je suis vraiment triste pour Christophe, qui est parti de rien et a fait un travail énorme. Mais il a prouvé son talent et son savoir-faire. Il y a des moments durs dans une carrière, même Bengtsson ou Lansink ont vécu ça, mais ils sont revenus. Quand une porte se referme, une autre s´ouvre..."
S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!