Le Cavalier Romand
16.07.2010

CHIO d'Aix-la-Chapelle: la Suisse, 4e ex. d'une Coupe des Nations dominée par l'Irlande, est passé près d'un "podium", mais elle garde un espoir de rester en Super Ligue Meydan. N'était-ce pas là l'essentiel?

Aix, c'est un concours à part, comme des Mondiaux avant l'heure! Près de 50'000 personnes dans les tribunes, une ambiance électrique, des conditions difficiles (soleil rasant en première manche, projecteurs en seconde), la magie des nocturnes, un parcours massif, voire "krolossal", de la pression, la Coupe des Nations disputée jeudi soir avait un goût à nul autre CSIO pareil.
Et, pour les cavaliers suisses, menacés de relégation au bout de ce circuit Meydan 2010 qui verra quatre nations (!) et non pas deux plonger, l'enjeu était capital. Du suspens, il y en eut - presque - jusqu'au bout. Quelle lutte, quelle bagarre serrée! Fait rarissime, à l'issue de la première manche, cinq des dix équipes, dont la Suisse, étaient encore à égalité en tête du classement. Tout allait pourtant se décanter dans la seconde.
Steve Guerdat avait la redoutable tâche d'ouvrir les feux et sa fine mais délicate "Jalisca Solier" (8 + 12), pourtant gagnante mardi, fut nettement moins à l'aise sur ce parcours massif, fait pour des "machines à sauter". Le Jurassien pouvait peut-être se reprocher d'avoir attaquer la rivière un peu (trop?) fort, mais pour le reste il n'y pouvait guère...
Niklaus Schurtenberger craignait aussi la rivière et il paya sa débauche d'énergie par une barre de son bon "Cantus" (4 + 4) sur le vertical suivant. Dans la première manche comme dans la seconde. Reste que cette sympathique paire déjà en lice ici il y a cinq ans - et 10e des Mondiaux '06 - reste bien utile à l'équipe.
Werner Muff, lui, n'en finit plus d'épater ces temps-ci. Très calme et convaincant avec un Campione CH" (0 + 4), qui progresse à chacune de ses sorties, il renversa la vapeur en réalisant un beau sans-faute au premier tour. L'étalon né en Suisse, fils de "Calido" et de la petite "Conchita", se désunit hélas ensuite à l'entrée du double, mais l'impression d'ensemble est excellente.
Histoire d'eau!
Pius Schwizer allait aussi sortir le sans-faute avec une "Carlina" (0 + 4) à nouveau bondissante, mais cette satanée rivière allait encore jouer des tours à la Suisse puisque la jument la traversait littéralement au second tour! L'équipe aurait pu être du trio de tête sans cette difficulté-là, mais ces doux rêves tombèrent à l'eau! L'Allemagne, 2e, et les Etats-Unis, 3es, devançaient finalement les Helvètes, 4es exaequo avec les Français. Ce résultat permet toutefois encore d'espérer... un peu, à deux étapes de la fin du circuit. Il faudra des prouesses à Hickstead et à Dublin!
Grâce à leur magnifique victoire ici, les Irlandais sont, eux, définitivement hors de... l'eau. Denis Lynch n'eut même pas à repartir, MM. Twomey, Lennon et O'Connor ayant aligné trois sans faute coup sur coup en fin d'épreuve. Beau triomphe pour les Irlandais, qui s'imposent ici pour la 5e fois depuis 1929 (leur dernier succès remontait à 2003).
La 2e de Bosty
En lever de rideau, le Français Roger-Yves Bost avait fêté sa deuxième victoire de la semaine avec "Kire Royal Star", en mettant quatre secondes ou plus dans la vue de Christian Ahlmann, 2e, et de Pius Schwizer, 3e avec "Mi Sam des Landes". Werner Muff pointait au 6e rang avec "Unik GS", mais chacun avait forcément la tête ailleurs, à quelques heures d'une Coupe des Nations aussi capitale.


Du dressage à l'attelage...
La seule Helvète en lice ici, Marcela Krinke Susmelj (63,222%), a fini à la 36e et antépénultième place. Elle ne pourra donc même pas présenter "Corinth" dans le GP Spécial, samedi: six minutes de tensions (lire news de hier) et la semaine est finie!.
En attelage, en revanche, la Suisse fait toujours partie des meilleurs et MM. Würgler et Ulrich ont de vraies chances de médaille(s) aux Mondiaux. Faire traverser des attelages (5 chevaux, en comptant le réserviste, deux voitures, des grooms, etc.) par-dessus l'Atlantique coûte cher, mais le jeu en vaut la chandelle. Daniel Würgler, 2e du premier test de dressage mercredi, était 5e jeudi, et le marathon de samedi peut lui permettre de revenir. Werner Ulrich, 8e et 13e, a eu plus de mal avec ses Lusitaniens. Le Bernois pense qu'il lui reste suffisamment de temps pour progresser encore d'ici à fin septembre avec ce nouveau team. Rendez-vous déjà samedi après-midi, pour le marathon.
En complet, on commence ce soir (dès 17h00), avec le dressage. Le cross, c'est demain dès 10h30 et livre sur ARD (1ère chaîne allemande) de 12h05 à 13h30.
A. P.
S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!