Le Cavalier Romand
03.02.2003

CSI-A de Zurich: Calvaro tire sa révérence

Il était incomparable, sur les barres, dans les airs, surtout. Calvaro V fut sans conteste LE cheval de saut des années ´90 et ce jusqu´en 2000, puisqu´ à Sydney, il contribua puissamment à la médaille d´argent de l´équipe de Suisse, par un double sans-faute, quatre ans après avoir conquis l´Olympe tout seul, à Atlanta. Calvaro V était un seigneur, un champion au charisme inouï, capable d´électriser, de magnétiser les foules comme nul autre. Et, à 17 ans, il reste un seigneur, le regard altier, noble et doux à la fois, mais l´oeil un peu moins lumineux que naguère. Vrai que le corps, soigneusement enveloppé dans une couverture à Zurich, lors de ses quatre jours d´adieux, a beaucoup souffert. Des opérations, un ménisque douloureux, des coliques, des rechutes, beaucoup pour un seul cheval fut-il géant. Mais de la force, de caractère mais aussi physique, il n´en a jamais manqué et il survécut à ces épreuves. Sans plus pouvoir resauter, en revanche, depuis ce mois d´avril 2001, où il avait encore brillé à Göteborg et assisté, en direct, au triomphe de Tinka´s Boy en finale de Coupe du monde. Demain, il rejoindra, à jamais, ses écuries et ses prés de Neuendorf (SO), Willi Melliger et Hans Löiebherr, son propriétaire, ayant décidé de lui laisser vivre sa retraite sur ses terres, et non pas à La Baumetta, à Riaz, comme prévu un temps. A Zurich, Calvaro V a eu droit à des hommages à répétition. Et à beaucoup de carresses, les organisateurs ayant souvent laissé le public l´approcher. Il a aussi eu droit à un livre, richement illustré et écrit par notre confrère Martin Born. Dimanche, Hans Liebherr lui a dit merci, au micro, mais pas Willi Melliger, ni Martin Walther, visiblement trop émus. Martina Hingis avait aussi passablement de trémolos dans la voix, lorsqu´elle a dit: "Grâce à Willi, j´ai pu monter "Calvaro" une fois, chez lui, et même sauter. C´est un de mes plus beaux souvenirs". Un bel hommage et un dernier "au-revoir" au géant blanc, en même temps que les 11´500 spectateurs du Hallenstadion. On en a alors vu beaucoup sortir un mouchoir de leur poche. Tout petit aux côtés de son compagnon, au milieu de la haie d´honneur des écuyers de la Reine Elisabeth 2, Willi Melliger semblait aussi très ému. Une page se tourne.
S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!