Le Cavalier Romand
14.05.2003

CSIO de La Baule: la France, Billy T. et Steve G.

Chez elle, la France a remporté le Prix des Nations de La Baule, avec trois des quatre mousquetaires de Jerez. La Suisse n´a hélas pas pu participer à cette première étape de la Super-Ligue, déboutée qu´elle fut l´avant-veille par le Tribunal Arbitral du Sport (ndlr: la décision surprend, mais on attendra l´argumentaire du TAS, donné dans quelque temps seulement, pour se prononcer plus longuement). Cela n´empêcha pas les Hélvètes de disputer toutes les épreuves individuelles. Steve Guerdat fut du reste particulièrement performant, se classant 3e du Derby, 11e du Grand Prix, 2e, 7e et 9e. Nos autres Suisses ont connu passablement de problèmes dans le Grand Prix, gagné par l´Irlandais Billy Twomey sur la très convoitée Luidam, mais Ernst Wettstein, 5e du Derby avec Laroni, a confirmé son don pour ce type d´épreuve. Première étape de la nouvelle Super Ligue Samsung des Nations, le CSIO de La Baule réunissait les huit équipes qualifiées, ainsi que la Suisse, toujours en attente du jugement du Tribunal Arbitral du Sport. La nouvelle -négative, hélas- est tombée le vendredi. Cela n´a pas empêché les Hélvètes de monter ce jour-là dans le Grand Prix, mais cela les a, en revanche, contraints de suivre le Prix des Nations des tribunes ou de rentrer un jour plus tôt à la maison. Steve Guerdat fut l´un des cavaliers les plus réguliers du concours et incontestablement le meilleur de son camp. " Ce que Steve a fait ici pendant trois jours est fantastique, il monte de façon sensationnelle, il a encore progressé ces derniers mois chez Jan Tops et dispose de plusieurs cracks d´égale valeur", précisait, enthousiaste, son chef d´équipe, Rolf Theiler. Le Grand Prix, courru en deux manches, l´une dès 8h30 le vendredi matin (!), et l´autre à partir de 17h30, a causé beaucoup de désillusions, chez les Suisses comme chez les autres. Sans-faute le matin (1 pt de temps), Steve Guerdat et Innovation sortirent de piste avec deux fautes l´après-midi, pour finir 11es, juste derrière Rodrigo Pessoa, 9e avec Lianos, et Ludger Beerbaum, 10e avec Diabolo du Parc (!). Contre-performances cette fois-ci de la part de Dehlia Oeuvray sur Samothrace et d´Ernst Wettstein sur Laroni. Pire, Markus Fuchs avait été éliminé Tinka´s Boy, n´ayant pas voulu approcher du triple. C´était le premier concours à l´extérieur pour l´étalon depuis... Jerez (sept. 02) et ceci explique peut-être cela (n´avait-il pas aussi fait un refus ici-même voici trois ans?). "Marcus Ehning nous a aussi fait remarquer que le triple, tout bleu, ressemblait à la combinaison des Mondiaux où Tinka´s Boy s´était arrêté et cela nous semble plausible comme explication...". Il y a fort à parier que Markus Fuchs construira cet obstacle à la maison.. Ce Grand Prix fut remporté par le jeune Irlandais Billy Twomey, un ex-élève d´Albert Voorn (durant six mois) et de Michael Whitaker (quatre ans-et-demi), et basé depuis belle lurette en Angleterre, "où sponsors et propriétaires sont plus faciles à trouver". Markus Ehning, 2e avec For Pleasure, et Bruno Broucqsault, 3e avec Dilème de Cèphe, étaient les seuls autres couples sans-faute sur les deux parcours. Dans le Derby de La Baule, l´un des plus réputés et sélectifs du monde, qui se courrait pour la dernière fois sur son tracé d´origine, vieux de presque cinquante ans, Steve Guerdat fut l´un des trois cavaliers sans-faute de l´épreuve. Parti en no 1 avec Cool-Man, le jeune espoir Jurassien ne fut plus dépassé que par le Belge Philippe Lejeune, 1er avec Double O´Seven, et l´Irlandais Cian O´Connor, 2e avec Casper. Avec une faute, au milieu du triple, Ernst Wettstein et Laroni, les héros de l´édition 2002 (seuls sans-faute) étaient encore bons pour la 5e place. Avec deux fautes, Markus Fuchs et La Toya III étaient 9es. Le Prix des Nations se déroulait sur 12 obstacles, 15 vrais efforts et 600 mètres. Plus encore que les obstacles d´eau (une rivière, deux bidets et... le voisinage du lac), ce sont les lignes et les combinaisons placées par Serge Houtmann qui ont causé passablement de fautes. Championne du monde en titre, la France s´est fait forte de prouver que le triomphe de Jerez n´était pas le fruit du hasard. "Et on ne pourra plus dire, cette fois, qu´on gagne à La Baule parcequ´il n´y a personne: ils étaient presque tous là!", comme l´a souligné Jean-Maurice Bonneau. "Et nous avons de la réserve puisque le double sans-faute est venu de Michel Hécart, qui remplaçait ici Eric Navet", ajoutait l´entraîneur national, aux anges. Hécart avait fait une grosse chute avec Kannan dans la seconde manche du GP, mais il s´était refait un moral en 48 heures. Et son bon Quilano de Kalvarie, remis de ses ennuis au tendon, a de la force pour deux. Gilles Bertran de Balanda n´a même pas eu à resauter dans la seconde manche, la cause étant entendue. Eric Levallois (Diamant de Sémilly), Reynald Angot (Dollar de la Pierre, ex Tlaloc M, ménagé dans la seconde manche du GP en vue du dimanche) et Michel Hécart avaient en effet tous tourné sans-faute et l´Allemagne, 2e à deux fautes, ne pouvait plus revenir, malgré les sans-faute de MM. Ehning, Kütscher et Beerbaum (avec sa Gladdys´S, cette fois!). La Grande-Bretagne, grâce à un super-Michael Whitaker, a pu souffler la 3e place aux Suédois et aux Irlandais, 4es exaequo. Hollande, Belgique et Italie, lâchée par les frères Chimirri. fermaient la marche. Alban Poudret
S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!