Le Cavalier Romand
09.05.2011

Décès d'un grand mécène et d'un amoureux des chevaux: Charles Burrus n'est plus.

Mécène du sport équestre et humaniste ayant beaucoup fait pour "son" Jura, Charles Burrus, "Monsieur Charles" comme tout le monde l'appelait à Boncourt et au-delà, est décédé ce lundi 9 mai dans sa 82e année, des suites d'une longue maladie supportée avec beaucoup de courage et de sérénité.
Homme d'affaires mais surtout homme de coeur, Charles Burrus avait vendu l'entreprise familiale F. J. Burrus - créée 182 ans plus tôt - en 1996 au groupe hollandais Rothmans (qui l'a cédée trois ans plus tard à BAT), en s'assurant que les employés conserveraient leur travail et Boncourt sa principale activité. Pour lui, l'homme passait avant tout et tous ceux qui le côtoyaient le sentaient bien. Humaniste et mécène d'une belle générosité, doublée d'une grande sagesse, Charles Burrus soutenait des activités très importantes pour le Jura, notamment le Collège Saint-Charles de Porrentruy, principal collège du canton, dont il a assuré le rayonnement et présidé le conseil d'administration jusqu'en 2009, la fondation Guilé destinée à sensibiliser les leaders d'opinion sur le respect des valeurs humaines, ou encore le centre équestre de Chevenez et diverses sociétés de sa commune de Boncourt.
Cavalier de concours et de terrain, amoureux des chevaux, Charles Burrus a beaucoup aidé la cavalière internationale Dehlia Oeuvray-Smits, lui confiant des cracks, King Cavalier, victorieux de la Coupe des Nations d'Aix-la-Chapelle 2002, Samothrace, 3e du Championnat de Suisse 2002, ou Lord Cavalier, grand vainqueur international, et construisant au début des années 2000 le superbe complexe équestre de Chevenez. Il a également parrainé de nombreuses manifestations hippiques, comme le Festival équestre de Tramelan, le CHI-W de Genève, les concours de Crans-Montana, du Mont-de-Coeuve et de Chevenez, bien sûr, mais aussi soutenu les voltigeurs de Lütisburg et d'autres jeunes. A son épouse Nado, avec laquelle il a encore célébré ses noces d'or vendredi dernier, à ses enfants et à tous ceux qui appréciaient tant sa grande bonté, sa dignité et son ouverture d'esprit, vont nos condoléances les plus émues.
Alban Poudret
S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!