Le Cavalier Romand
04.08.2008

Des réactions suite au retrait d'"Ideo" et au choix de Schwizer au détriment d'Etter

Pour l’équipe suisse de saut d’obstacles, l’histoire ou plutôt les histoires se répètent. Comme l’été passé, avant les Européens, « Ideo du Thot » s’est retrouvé boiteux à l’issue du dernier entraînement et Beat Mändli manquera donc à nouveau les Jeux. On avait des doutes sur la santé du beau français (par "Arioso du Theillet"), héros de la Coupe du monde Rolex FEI 2007, qui marchait déjà sur des œufs à Rome et à Cannes, mais ce serait juste avant la quarantaine à Aix-la-Chapelle qu’il se serait blessé. A Aix, le jeudi soir, il semblait OK, le lendemain (1er août) KO.
Dur, dur pour Mändli qui a ses trois chevaux de tête (« Ideo », « Indigo IX », et « Principal ») sur les plots, tandis que « Cartier » et « Landquick » sont arrivés juste trop tard dans ses écuries… Et dur pour l’équipe qui doit se passer de l’un de ses cavaliers les plus doués.
Et comme l’été passé à pareille époque, voilà que Daniel Etter se fâche avec son chef, Rolf Grass, en refusant d'être "down gradé". Comme réserviste, officiellement désigné par sa Fédération et par Swiss Olympic, le Bernois aurait dû prendre la place de Mändli, mais le chef, sur les conseils de plusieurs cavaliers et entraîneurs, a préféré Pius Schwizer, jugé plus combatif et efficace: « Daniel était plus pour moi un réserviste et à Aix, ses parcours ne nous ont pas rassurés. Son cheval s’est arrêté. La décision a été très difficile, mais on a pesé les intérêts de l’équipe », souligne Grass.
« A Aix, j’ai monté ça comme un entraînement, on était sur le paddock de dressage, ce n’était pas un vrai parcours et « Peu à Peu » n’est jamais motivé sur 130 cm. Je n’avais plus rien à prouver, mon cheval était No 9 mondial sur ses résultats sur douze mois, il a beaucoup gagné. On nous a donné un sucre, avant de nous le retirer ; j’interprète cela comme un manque de confiance, c’est la deuxième fois, c’est dur pour moi et mes propriétaires », explique Etter, qui a refusé de partir comme No 5.
Les chevaux ont voyagé cette nuit et l’équipe se retrouve donc à quatre à Hong Kong, sans solution de rechange ; or l’on sait que ce fut parfois néfaste (Séoul ’88). Les cavaliers veulent y croire : « Il y aura plus d’inconnues, mais le podium est à notre portée, l’exploit possible », disent-ils en cœur. Ils pensent avoir un vrai joker en Schwizer : avec « Nobless M », ça passe ou ça casse !
On peut tout de même se dire que ces valse-hésitations et ces marques de défiance auraient pu être évitées. Quitte à faire l’impasse sur le CHIO d’Aix pour « Nobless M » ou sinon à miser davantage sur « Peu à Peu » ou un autre réserviste (Fuchs ?). Si les cavaliers s’étaient aussi montrés plus transparents, si l’équipe était plus soudée, on n’en serait pas là non plus. Mais comme il n’est pas (encore) trop tard pour bien faire…
Alban Poudret

S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!