Le Cavalier Romand
30.10.2010

EquitaLyon: Isabell Werth fait coup double en dressage et parle des rumeurs qui prétendent qu'elle serait la future cavalière de Totilas. Triplé français dans la grosse épreuve du vendredi. Succès pour Alvaro Miranda et Daniel Deusser.

Isabell Werth (photo) n'a pas fait le voyage pour rien au CDI-W de Lyon. La cavalière allemande s'est adjugé le Grand Prix Special (72.936%) jeudi et la Kür (80.150%) vendredi avec Warum Nicht. Ce hannovrien, baptisé Hannes aux écuries, était paru quelque peu déconcentré lors du GP jeudi. "C'était sa première sortie depuis les Jeux Equestres Mondiaux et je ne l'ai pas préparé pour cette reprise en indoor où les repères ne sont pas les mêmes qu'en extérieur".
Isabell Werth devançait sa compatriote Ulla Salzgeber (Herzruf's Erbe, 72.085%) comme dans la Kür en musique d'ailleurs. "Warum Nicht a été plus attentif dans ce soir (comprenez vendredi), une petite faute sinon rien à dire" confiait la gagnante qui s'est déjà imposée la semaine dernière dans l'étape Coupe du monde d'Odense avec Satchmo. Elle conserve ainsi bien entendu la tête du classement.
Isabel Werth a également été interrogée sur la possibilité de se retrouver, non pas aux commandes, mais aux rênes du phénoménal Totilas acheté par Paul Schockemöhle après les Mondiaux du Kentucky: « Monter un cheval formé par quelqu’un d’autre, ce n’est pas vraiment ce que je recherche. La satisfaction dans ce sport, c’est d’arriver au haut niveau avec un cheval que vous avez découvert, fabriqué et formé pour. J’ai surtout ressenti énormément de peine pour Edward. Je n’aurais pas supporté être séparée de Gigolo, le cheval de mes belles années. Heureusement, je ne cours pas ce risque avec mes formidables propriétaires. Mais cette vente de Totilas fait partie du paysage de notre sport ; pour Paul Schockemöhle c’est un coup de pub fumeux pour son haras et son offre d’étalons. Et puis non : monter Totilas n’est pas un passeport pour la médaille d’or aux prochains Jeux olympiques. Il faut que l’entente entre le cheval et son éventuel futur cavalier se fasse, la chimie peut très bien ne pas prendre car notre sport est une affaire de couple. Et quand bien même, la route est longue jusqu’à Londres et il peut se passer tellement de choses : il n’y a qu’à se rappeler l’exemple malheureux d’Adelinde Cornelissen à Lexington."
En saut d'obstacles, on a pu assister a du "Grand Bosty" (comprenez Roger-Yves Bost) dans la grosse épreuve du jour. Le Français, s'est adjugé l'épreuve avec Ideal de la Loge et a notamment choisi une option peu conventionnelle afin de gagner du temps... il a simplement sauter par dessus une brouette décorant la piste avant de s'élancer sur un vertical. Le 2e rang revenait à Patrice Delaveau et Katchina Mail, le 3e à Simon Delestre et Napoli du Ry. Du côté Suisse, Pius Schwizer, 10e, était sans faute avec Classica LS, alors que Steve Guerdat, qui misera sur Jalisca Solier dans le Grand Prix dimanche, commettait une faute avec Trésor. Le Jurassien est passé à un cheveu de la victoire d'une autre épreuve de ce vendredi. Sans une faute, sur le dernier obstacle d'Urgent il aurait devancé Alvaro Miranda, finalement gagnant avec AD Norson. Une victoire aussi pour Daniel Deusser (Vonka A) vendredi matin.
Au programme aujourd'hui notamment, le Masters qui réunira quatorze cavaliers, deux des sept meilleures nations, pour une épreuve se disputant en deux manches. L'an passé, la victoire était revenue au couple champion olympique Eric Lamaze et Hickstead, à nouveau présent cette année

M.S.
S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!