Le Cavalier Romand
29.05.2006

Festival Equestre de Cheseaux : un Firmenich surprise !

 

Le jeune Genevois remporte le Grand Prix qualificatif pour le Championnat de Suisse élite. Les pros battus.

 

Tout ce que la Suisse romande compte comme valeurs confirmées était là. Steve Guerdat d’abord, sur un « Roulette V » qui a laissé entrevoir de belles choses mais qui doit encore faire ses armes. Christophe Barbeau, fautif à deux reprises avec « Kapital Girl » comme avec « Midas », les cracks que lui confie Nathalie Paillot. Céline Stauffer, toujours là avec « Félin Pierreville » (4e) et de retour avec un « Daloubet d’Evordes » (2e) qui aurait gagné sans une faute. Pascale Dusseiller Wolff, 3e, qui n’a rien perdu de son appétit de victoire après une pause maternité. Beat Grandjean, dangereux et 5e avec « Ibizel de Fribois ».

Tous vainqueurs potentiels. En quête aussi de wild-card pour le prochain CSI-Coupe du monde de Genève, promise au meilleur Romand. Une victoire, et une wild-card, auxquelles Nicolas Firmenich, pour sa troisième tentative à ce niveau, n’avait jamais pensé. « Je savais que je serai une fois sans faute dans un GP, mais je n’aurais jamais imaginé aussi vite ! »

Impressionné par le parcours, pas insensible à la pression, puis submergé par l’émotion, Nicolas Firmenich, n’a pas retenu sa joie, spontanée, communicative, signe d’un amateur – il est étudiant en géographie –, d’un jeune premier, qui se réjouit de ce qui lui arrive. Et qui enlace « Dionysos II », pur-sang hongrois, son complice depuis cinq ans, avec qui il a connu « des débuts difficiles en RII » et qui, aujourd’hui, le propulse au sommet. Et à Palexpo. Avant cela, le jeune (23 ans dans deux mois) et longiligne Genevois espère se qualifier pour la finale du Championnat de Suisse élite.
 
Le vendredi, le multiple champion vaudois et romand surclasse ses rivaux. A lui la Summer Classic.

En matière de concours hippique en Suisse romande, impossible d’imaginer un scénario sans Michel Pollien. Plus souvent détenteur du premier rôle que silhouette au lointain. « Fabuleux », entendait-on de toutes les bouches à Cheseaux. Déjà vainqueur du premier SI avec « Magic Star», après avoir relégué Steve Guerdat, vainqueur de la deuxième série à près de deux secondes, Pascale Dusseiller Wolff, 2e derrière lui sur « Quality » ou Fabrice Cottagnoud (« SPCS Calvin »), 2e derrière Guerdat, à près de sept secondes !, le cavalier de Malapalud allait remettre ça dans le SI comptant pour la Summer Classic.

Et pourtant, même lui n’y croyait pas. « Le tracé de ce winning round ne me plaît pas, il n’avantage pas mon cheval. Ca va être une loterie », grognait-il, avant de lancer : « enfin, il y en a quand même un qui va gagner ! ». Et ce fut lui, au bout d’une dernière ligne droite et d’un dernier saut au steeple ! Pascale Dusseiller Wolff, à nouveau 2e, Philippe Putallaz, 3e sur « Kolbeo des Cabanes », Olivier Bourqui, 4e Sur « Iman d’Occagnes », Isabel Roman, 5e sur « Esther de Kreisker », Jan Chrzanowski, 6e sur « Just Cruising » ou Franck Goubard, qui assurait le dernier double sans-faute de l’épreuve avec « Lisa von St.Gilgen», n’avaient d’autre choix que de s’incliner.

Sophie Deller

S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!