Le Cavalier Romand
27.08.2004

JO Athènes: la finale de saut indiv. va commencer



SAUT D´OBSTACLES INDIVIDUEL QUI A DIT SURPRISES?

La finale individuelle de saut d´obstacles, c´est ce vendredi 27 août dès 15h00 (heures suisses, 15h40 en direct sur TSR2), sous un soleil de plomb et avec de l´or au bout, vers 20h40.. (début de la 2e manche à 19h30 suisses, en direct sur TSR 2). L´épreuve par équipes a rendu un verdict très classique, avec l´Allemagne en or pour la troisième fois consécutive et devant l´autre grand favori, les Etats-Unis, et une Suède déjà médaillée aux Européens ´01 et aux Mondiaux ´02. Rien à redire, même si la Suisse y a crû jusqu´au bout!
Y aura-t-il plus de (bonnes) surprises aujourd´hui? Possible, si l´on se réfère à ce qui s´est passé lors des des dernières éditions avec Ulrich Kirchhoff en or à Atlanta et Jeroen Dubbeldam au sommet à Sydney. Les surprises sont d´autant plus envisageables que l´on repart à zéro aujourd´hui. Dans un Championnat d´Europe ou du monde, une finale de Coupe du monde ou tout autre championnat, les pénalités sont trimballées du début jusqu´au bout et les médailles vont aux plus réguliers, aux plus consistants, sur trois ou quatre jours. Aux JO pas, tout se joue le jour J...O.

Cela dit, pour aller au bout, pour toucher au bonheur, il faudra d´abord endurer les 12 travaux d´Hercule: les 12 obstacles (15 efforts) de la première manche. Puis enchaîner ensuite, dès 19h30 (françaises), sur un parcours différent, de 10 obstacles (13 efforts), comme Ulysse, mais pas en dix ans, en 80 secondes... Pour parvenir au bout du "voyage", il faudra beaucoup de puissance et de force (obstacles allant jusqu´à 170 cm de haut et 220 cm de large!), de la technique, du tact et de la complicité avec sa monture car les subtilités seront grandes. On peut compter sur Olaf Petersen pour mettre le "tarif". Et d´après ce que l´on devine de loin, derrière des bâches, c´est ENORME!

Un double sans faute ce jour-là est le plus souvent synonyme d´or. Pierre Durand à Séoul (avec du temps dépassé), Ludger Beerbaum à Barcelone (sans temps, car Piet Raymakers était 2e avec 1/4 pt de Ratina Z) et Ulrich Kirchhoff à Atlanta (avec beaucoup de temps dépassé). Et à Sydney, le barrage pour l´or concernait trois cavaliers avec 4 pts. Sans remonter à la belle époque des d´Oriola, d´Inzeo et cie où des scores plus importants étaient courants pour les meilleurs.

Tous les médaillés par équipe font figure de favoris, ou plutôt trois par nation, la charte olympique empêchant le quatrième de sauter. C´est ainsi que le champion ´Europe en titre, Christian Ahlmann (Cöster) sera à pied, dans les tribunes. Un peu cruel. Idem pour Peter Wylde, 3e des derniers Mondiaux avec Fein Cera, Peter Eriksson, Stanny van Paesschen (qui était à égalité parfaite avec Philippaerts et Demeersmann, le chef d´équipe a tranché!) ou encore Steve Guerdat (Olympic n´a que 8 ans, mais tout de même, elle était sans faute mardi soir).

Les favoris donc? Beerbaum et Kütscher, son écuyer 5 étoiles, tous deux double sans-faute mardi, Beezie Madden et Chris Kappler, Nick Skelton, Rolf Goran Bengtsson... Et pourquoi pas une femme, Beezie, Malin ou Eugénie?

Et il y a trois Suisses en lice. Ils étaien même quatre à se qualifier, mais Steve Guerdat a dû s´incliner (voir plus haut). Markus Fuchs a entraîné la rivière au paddock, mercredi, et il a moins de pression: il n´est plus l´un des grands favoris. Cela lui donnera-t-il plus de calme, de sérennité? Christina Liebherr et Fabio Crotta ont aussi les moyens de s´illustrer. On y croit!
S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!