Le Cavalier Romand
03.08.1998

Les lipizzans en Italie ? Il y en a déjà et le gou

Les lipizzans en Italie ? Il y en a déjà et le gouvernement aimerait développer cet élevage. Après tout, Lipicca est à un jet de pierre de Trieste et l’Ecole Espagnole de Vienne, avec son haras de Piber, n’a pas le monopole du lipizzan. Reste que la nouvelle a choqué. Il est vrai que l’on n’imaginerait pas la Tour Eiffel à Dortmund ni le Capitole à Lyon ! L’Italie, qui a entrepris une démarche en ce sens auprès de la Commission européenne, à Bruxelles, tente d’empièter sur le « quasi monopole » séculaire des Autrichiens, qui veillent sur cette race baroque, définissant à la fois son modèle, sa robe et son caractère. Le lipizzan est pour eux presqu’aussi sacré que la Hofburg, Schönnbrunn ou Strauss ! Les Italiens, eux, se basent sur un traité passé en 1919, après le démantèlement de la monarchie austro-hongroise, prévoyant le partage des lipizzans ayant survécu à la guerre. Quelque 70 lipizzans se trouvent d’ailleurs au haras de Monte Rotondo, près de Rome, contre plus de 200 à Piber, 70 à Vienne et autant à Lipicca, en Slovénie, où l’archiduc Charles d’Autriche avait fondé le premier haras, en 1580.
S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!