Le Cavalier Romand
12.02.2001

"Ne le jugez pas sur les JO !"Ludger Beerbaum

"Ne le jugez pas sur les JO !" Ludger Beerbaum allait d´ailleurs mettre tout le monde d´accord en bouclant son barrage avec treize centièmes d´avance. Treize centièmes qui valaient de I´or, l´Allemand empochant 100´ 000 francs suisses, ce qui portait à plus de 165´ 000 francs sa moisson du week-end, en convertissant la Mercedes et... le kilo d´or reçus. En parlant d´or, "Goldfever", son bel étalon à la robe dorée, porte bien son nom... et il a mis la fièvre au Hallenstadion, le vendredi dans le Master et le dimanche encore. Un doublé un peu similaire à celui réalisé l´an passé par un autre Allemand, Marcus Ehning, un peu handicapé cette fois-ci par l´absence de "For Pleasure", monopolisé par la saison de monte. Son entente-récente- avec "Opus Sept", l´ex-crack de Ludo Philippaerts, ne permet pas encore les mêmes audaces... «Toute la chance queje n´avais pas eu ici ces dix dernières années, je l´ai eue cette fois. Certains obstacles ont tremblé, mais il me fallait prendre des risques pour gagner. C´est important pour moi de battre les meilleurs, car on ne pourra plus dire que je suis l´actuel No 1 sans gagner de grosses épreuves », lançait Ludger le Grand, très rageur au tour d´honneur, mais étonnamment modeste ensuite, à l´analyse. Et d´ajouter à l´adresse de son étalon: "Goldfever" est exceptionnel aussi; l´an passé, il n´a eu qu´un mauvais jour, ce fut hélas aux J.O. J´espère que vous oublierez désormais cet incident de parcours.». Pourtant, le plus exceptionnel, dans ce couple, c’est le talent du cavalier, son intelligence, sa volonté hors du commun et sa rage de vaincre. S’il y en a un que ça motive d’être No 1, c’est bien lui…
S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!