Le Cavalier Romand
03.09.2009

Six mois de suspension pour Isabell Werth: sursis pour les JO 2012? Et les conclusions de la Commission Stevens sur le dopage...

Multi-championne olympique, mondiale et européenne (23 médailles d'or, et sans compter 8 titres nationaux!) de dressage, Isabell Werth (photo) est suspendue pour six mois, suite à son affaire de dopage. Telle est la décision communiquée le 2 septembre par le Tribunal de la FEI. Rappelons que son jeune cheval "Whisper", qui souffrait de "shivering" (maladie des tremblements) était positif à la fluphénazine (un neuroléptique) lors du CDI de Wiesbaden, le 30 mai. Le cheval avait, selon elle, été traité une seule fois ( le 16 mai) avec ce médicament par son vétérinaire suisse le Dr Hans G. Stihl, mais le délai de résorption avait été nettement plus long que prévu.
Bévue ou faute grave? Les avis divergeaient. Certains parlaient d'une peine d'un an au moins, mais comme le Cheikh Mohammed Bin Rashid Al Maktoum, mari de la présidente de la FEI, avait récemment eu six mois pour deux cas positifs assez sérieux, on pensait qu'Isabell Werth n'encourait décemment pas une suspension plus longue. Six mois, c'est la limite pour que le CIO ne prive pas un athlète de l'Olympiade suivante et Isabell Werth garde donc un espoir de disputer les JO de Londres 2012. Le dernier mot appartiendra au Comité olympique allemand (DOKR et DOSB).
"Je suis soulagée qu'une décision ait enfin été prise", a commenté Isabell Werth (40 ans), qui avait dit vivre un cauchemar ("Je suis en lambeaux", avait-elle lancé à la télévision). La cavalière de Gigolo (champion olympique en 1996), de Fabienne, d'Antony FRH (tous encore en vie), de Satchmo et de Warum Nicht FRH, ses deux cracks actuels, est enceinte (l'heureux événement est pour novembre) et elle veut donc se concentrer sur sa vie privée. "Je suis très ouverte comme sportive, mais je veux aussi que mes fans, qui m'ont beaucoup soutenue, et tous les autres respectent ma sphère privée", dit-elle en substance sur son site www.isabell-werth.com. Et elle a bien raison.


Commission Stevens: un catalogue de recommandations
Hier, mercredi 2 septembre, Lord Stevens, l'ancien chef de la "Metropolitan Police" (vous savez le responsable de l'enquête sur la mort de Lady Di, etc.) a remis son rapport sur le dopage à la Fédération Equestre Internationale. Celui-ci contient un certain nombre de bonnes mesures pour diminuer le fléau du dopage. Il s'appuie beaucoup sur les travaux de la "Commission pour un sport propre" créée par la FEI et présidée par le Suédois Arne Ljundqvist, vice-Président de l'AMA. Il propose aussi la création d'une "Unité sur l'Intégrité" ("pour un environnement sans corruption au sein de la FEI et de ses disciplines"), une professionnalisation accrue du sport (payer les officiels les rendra-t-il moins vulnérables?), des contrôles plus strictes (écuries, etc.). Il n'apporte, en revanche, guère d'éclaircissements sur les affaires survenues aux derniers JO (5 cas de capsaïcine, traitement de "Cornet Obolensky" etc.). Ces recommandations devront être approuvées par l'Assemblée Générale de la FEI, du 15 au 20 novembre à Copenhague. Plus d'infos dans le prochain numéro du "Cavalier Romand".
Alban Poudret
S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!