Le Cavalier Romand
18.12.2001

Van-Gogh s´est éteint

Van-Gogh, une des gloires du concours hippique, presque une légende, a rejoint le paradis des chevaux. Van-Gogh avait 28 ans et il jouissait d´une longue retraite bien méritée, lui le héros des années 80. Ce fils de Lucky-Boy, hollandais bien sûr, était arrivé en Suisse tout jeune, grâce à Jürg Notz, qui l´avait déniché puis revendu à Jürg Moggi. C´est avec Bruno Candrian que Van-Gogh fera ses classes et deveindra le crack que l´on sait. Très puissant et respectueux, fort et froid en toutes circonstances, Van-Gogh fera vite parler de lui. Champion de Suisse en 81, médaillé d´argent et de bronze aux Européens de Munich la même année, 8e individuel des Mondiaux 82 à Dublin, Van-Gogh permettra aussi à Candrian de gagner moult grands prix, dont Lucerne 82. Leur plus bel exploit? Un doublé Prix des Nations et GP de Suisse en 83 à Genève. Peu après, Van-Gogh passera dans dans les écuries de Willi Melliger, et on croira même un temps que cela sonne la retraite définitive de Candrian. Trois mois plus tard, Van-Gogh et Melliger réussiront le doublé Prix des Nations et GP à Aix-la-Chapelle et participeront à la victoire des Suisses aux Européens de Hickstead. Comme si le changement de cavalier n´avait eu aucune incidence sur ce cheval d´exception, qui ne décevra guère qu´aux JO de Los Angeles. Van-Gogh terminera en roue libre, avec Tina Moggi, la fille de son propriétaire, avant de tirer sa révérence. En deux temps.
S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!