Le Cavalier Romand
26.09.2013

Présidence de la FEI: la Princesse Haya renonce à un troisième mandat

La Princesse Haya Zoom sur « La Princesse Haya » (touche ESC pour fermer)
La Princesse Haya

Dans un communiqué de presse paru mercredi 25 septembre, la Princesse Haya (photo) annonce qu'elle ne briguera pas un troisième mandat à la tête de la Fédération équestre internationale (FEI) et qu'elle n'entend donc pas changer les statuts qu'elle avait elle-même modifié lors de son accession à la présidence de la FEI, en 2006. Cet objet ne devrait donc pas figurer lors de la prochaine Assemblée Générale de la FEI, du 5 au 7 novembre à Montreux.
La Princesse Haya Bint Al Hussein coupe ainsi les rumeurs qui faisaient état de sa volonté de se représenter. Dans ce communiqué, elle annonce en effet clairement qu'elle quittera ses fonctions en novembre 2014. Certains présidents de groupes régionaux de la FEI et des fédérations nationales avaient exprimé le souhait de modifier ces statuts et on croyait la Princesse convaincue, or elle précise ici: " Mon point de vue sur les avantages d'une limite à deux mandats n'a pas changé depuis le jour où j'ai été élue. J'aime être présidente de la FEI, je suis passionnée par mon travail et ce sport, j'aime les gens avec qui je travaille, que ce soit au sein des fédérations nationales ou au siège, mais en bonne conscience je ne peux toutefois pas mettre de côté mes convictions et l' engagement que j'ai pris, il y a sept ans maintenant, que la limite à deux mandats s'appliquerait à moi ".
Et la Princesse Haya de préciser que " 80% de toutes les promesses énoncées dans mon manifeste, de manière ouverte , démocratique et transparente, ont été réalisées. Mon objectif dans la dernière année de mon mandat est réaliser les engagements restants. Je vais terminer ma mission avec détermination et énergie - et avec le soutien de toute la communauté équestre et surtout l'aide de 132 fédérations nationales." Afin que la FEI soit "fit" pour son avenir.

LA FSSE était à l'offensive...

On sait que les Fédérations néerlandaise et suisse (FSSE), appuyées en sourdine par d'autres fédérations européennes, s'étaient courageusement élevées contre cette éventuelle modification des statuts et que ce sont ces mêmes fédérations qui réclament de l'ordre dans la discipline de l'endurance, menacée par trop d'affaires de dopage, d'accidents et de partialités. 

... et des affaires ont éclaté

Certains pensent également que les affaires de dopage qui viennent encore de secouer les écuries de courses et d'endurance du Cheikh Mohammed Bin Rashid al Maktoum, mari de la Princesse Haya, ont aussi pesé de leur poids. Le récent champion d'Europe, l'Espagnol Jaume Punti, entraîneur du Cheikh et manager de ses écuries, détenait 124 produits interdits, dépourvus d’autorisation de mise sur le marché britannique et qui n’avaient pas fait l’objet de protocole d’importation. L’époux de la double championne d'Europe et du monde Maria Alvarez Ponton, lui-même sacré champion d’Europe le 14 septembre à Most, a tenté de banaliser l’affaire, parlant d’un contrôle de ‘’routine ‘’ et de produits d’usage courant, ce qui n’est toutefois pas confirmé par les praticiens. Une affaire embarassante, même si ce contrôle ne concerne pas directement la FEI, mais la justice britannique. 

A. P.

S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!