Le Cavalier Romand
22.08.2013

Européens de dressage: les Allemands triomphent de justesse, devant les Hollandais et les Britanniques, 3es malgré le record du monde de Valegro!

L'Allemagne décroche le titre et Isabell Werth… sa 23e médaille d'or: hallucinant! Mais Helen Langehanenberg a dû sortir le tout grand jeu. Presqu'autant que Charlotte l'olympique. Les Suisses 9es.

Herning,Helen Langehanenberg,DamonHill,IsabellWerth,CharlotteDujardin,MarcelaKrinke-Susmelj,HansStaub,Micheld'Arcis Zoom sur « Herning,Helen Langehanenberg,DamonHill,IsabellWerth,CharlotteDujardin,MarcelaKrinke-Susmelj,HansStaub,Micheld'Arcis  » (touche ESC pour fermer)
Helen Langehanenberg et Damon Hill ©Kit Houghton-FEI LDD

C'est la 23e fois que l'Allemagne remporte l'or européen, mais la dernière victoire collective remontait tout de même à 2005. "L'Allemagne est de retour", a résumé Isabell Werth, la cavalière la plus titrée de tous les temps, qui décroche elle au passage sa… 23e médaille d'or internationale (JO, Mondiaux et Européens). "Mais l'héroïne, c'est Helen", a justement souligné Isabell.
En entrant dans le stade Helen Langehanenberg (photo) devait en effet réussir une reprise sans faute et de haute tenue, réussir un score de 83,7%, pour pouvoir assurer le titre à l'Allemagne. "Damon Hill a été fantastique, il a tout donné pour offrir l'or à l'Allemagne", dira la détentrice de la Coupe du monde un peu plus tard. "Je n'étais pas si nerveuse, je suis heureusement assez calme de nature, j'ai plutôt de bons nerfs et personne ne m'a mis la pression. Je me suis concentrée sur ma reprise et à la fin, j'ai pu lâcher un WOW!" 84,372% et l'or!" Isabell Werth, Kristina Sprehe, excellente ce jeudi avec le beau Desperados, et la jeune Fabienne Lütkemeier (23 ans) pouvaient lever les bras au ciel!

Nouveau record du monde pour Valegro
La pression était grande, car Edward Gal, 3e avec un Glock's Undercover en progrès constants, et Adelinde Cornelissen, 4e avec un Parzival remis de ses problèmes d'arythmie, avaient tout fait pour remonter les actions hollandaises. Et malgré un nouveau record du monde en Grand Prix (85,942%), les champions olympiques Charlotte Dujardin et Valegro n'avaient pas pu passer l'épaule, Carl Hester ayant commis quelques fautes avec Uthopia.

Où l'on reparle des juges
Les Britanniques estiment toutefois s'être faits voler l'or, ou en tout cas l'argent, avec les notes données par le juge suédois Gustaf Svalling à Michael Eilberg. Là, où sa voisine Isabelle Judet avait mis 75% (et les autres un poil moins), le Suédois taxait la reprise à 65%: grotesque! Et tout s'est joué à 1,1 pt d'écart entre les 3 meilleures équipes. On nous répondra qu'il y a désormais 7 juges au lieu de 5 (ils ne pèsent plus 20% mais 14,5%!), mais cela reste déroutant.
Autre problème soulevé, le manque de théâtralité de cette finale: aucune annonce des scores finaux des équipes pendant deux heures (pas les scores des Britanniques, des Hollandais ou des Danois, pourtant encore en lice pour une médaille!), ni sur les tableaux du stade, ni par les speakers. Le public n'était au courant de rien, sinon d'un classement individuel!

Pourquoi pas comme aux JO?
On ne comprend pas non plus pourquoi la FEI ne reprend pas la formule à succès des JO de Londres, où le Grand Prix Spécial comptait pour l'attribution des médailles par équipe, ce qui permettait de regrouper les meilleures nations et le suspens à la fin. Comment demander à une TV de suivre deux fois cinq heures trente d'épreuve (onze heures), avec des breaks et autre pause de midi? Et on continue à penser que les deux jeux de médailles individuels offerts pour le Grand Prix Spécial et pour la Kür est une grave erreur. On n'a pas de champion du Barème C après la chasse en saut d'obstacles, sinon Ben Maher, Steve Guerdat et Bosty auraient déjà une médaille en poche!
Cela dit, le niveau était excellent et le suspens était grand, il reste à l'expliquer et à le mettre en scène! Le Danemark s'est contenté du 4e rang, mais malgré les excellentes reprises de la Princesse Nathalie zu Sayn-Wettgestein, 5e avec Digby, et d'Anna Kasprzak, 6e avec DonnPerignon, ils ont fini à 10 pts du podium, Andreas Helgstrand ayant fini avec 72,7%. Suivent la Suède, 5e, l'Autriche, 6e, la Belgique , 7e et en grands progrès, la France, 8e, la Suisse, 9e, et la Finlande 10e devant le Portugal. 14 nations (dont le Luxembourg, pour la toute première fois) alignaient une équipe.

La Suisse honorable
Nous reviendrons en détail dans Le Cavalier Romand du mois de septembre sur la prestation des Suisses, honorable sans plus, mais encourageante dans la mesure où les deux nouvelles ont fait bonne figure (lire notre news de hier). Ce jeudi, Hans Staub a fait une reprise correcte avec Warbeau, assez sensible et chaud, mais il n'a pas osé prendre trop de risques. "Je l'ai fait pour l'équipe, mais j'aurais pu espérer faire 1 pt de plus".
Au final, Hans Staub est 43e avec 65,790%, placé entre Caroline Häcki-Rindlisbacher, 39e avec Rigoletto Royal CH, et Melanie Hofmann, 48e avec GB Cazzago C CH. Il leur a manqué tout de même 2 à 3% à tous les trois pour être dans le Top 30 et se qualifier pour le GP Spécial: leur semaine est déjà finie.

Marcela Krinke Susmelj, 19e avec Smeyers Molberg (71,125%) sera elle en lice dans le GP Spécial vendredi et avec de vraies chances de dérouler la RLM (Kür) de dimanche, trois cavaliers par pays seulement étant acceptés. Elle serait ainsi 17 ou 18e. Michel d'Arcis y croit! "Je vais prendre plus de risques, je n'ai rien à perdre", promet la Lucernoise.

Alban Poudret

S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!