Le Cavalier Romand
27.01.2013

CSI-W de Zurich: Luciana Diniz s'adjuge cette fois-ci son premier Grand Prix Coupe du monde!

L'élégante Portugaise s'adjuge le GP Coupe du monde Rolex FEI et... une Mercedes! Andreas Ott 6e, Steve Guerdat 7e, Martin Fuchs 8e, Clarissa Crotta 9e

Luciana Diniz Lennox, CSI Zurich, Andreas Ott, Steve Guerdat, Martin Fuchs Zoom sur « Luciana Diniz Lennox, CSI Zurich, Andreas Ott, Steve Guerdat, Martin Fuchs » (touche ESC pour fermer)

La voilà inarrêtable, celle qui jusqu'il y a peu était souvent devant mais (quasiment) jamais gagnante! Deux semaines après avoir triomphé dans le très richement doté GP de Bâle, Luciana Diniz (photo) s'est adjugée avec brio ce dimanche 27 janvier à Zurich sa première Mercedes et surtout sa première épreuve comptant pour la Coupe du monde Rolex FEI: fabuleux! Et toujours avec son brillant Oldenbourg de 12 ans Lennox.

Les 11'400 spectateurs qui remplissaient (quasiment!) le Hallenstadion ont été impressionnés par l'audace et l'adresse de Luciana Diniz, qui a osé prendre tous les risques, pour franchir la ligne d'arrivée avec… 13 centièmes d'avance sur Rolf-Göran Bengtsson, 2e avec Casall La Silla, et 25 centièmes (une paille!) sur le no 1 mondial Christian Ahlmann, 1er dimanche dernier à Leipzig avec Taloubet Z et 3e ici avec Codex one. Le second Suédois du barrage (à quatre!), Henrik von Eckermann, a cette fois-ci manqué son affaire avec Gotha, mais pour lui comme pour son coéquipier et leader Bengtsson, la finale de Göteborg se rapproche.
Habilement coachée par Henk Nooren, l'ex-Brésilienne, devenue Portugaise par frustration de ne pas être dans l'équipe auriverde, est en pleine confiance ces temps-ci. Et quand la confiance va, tout va, surtout avec un tel crack!

Andreas Ott et son étalon suisse 6es!
Sur 39 concurrents, ils n'avaient été que quatre à se jouer des difficultés du parcours de Rolf Lüdi et Gérard Lachat, sans que celui-ci - plus agréable à monter que le GP Rolex de vendredi soir - ne soit exagéré. A la reconnaissance déjà, les cavaliers l'appréciaient cette fois-ci vraiment. Il fallait aussi maîtriser le chrono, assez court. Et l'exploit du jour a peut-être été signé par le Suisse Andreas Ott, 6e avec l'étalon indigène de 12 ans Loxy de la Reselle CH (par Lord Lennox et par Galoubet), né au Jura et pénalisé d'un petit point de temps, comme la Bella Donna de Meredith Michaels Beerbaum, 5e. Le Zurichois (46 ans-et-demi) exerce le métier d'ingénieur et il était le seul amateur en lice ce dimanche. Sympa, non?
 
Quand la chance vous tourne le dos...
Classé 7e, Steve Guerdat était bien logiquement plus déçu de ne pas pouvoir disputer ce barrage - qu'il avait superbement gagné en 2010 avec Trésor, mais il voulait aussi se réjouir de sa quasi qualification pour la finale de Göteborg (il a 38 pts). "J'ai peut-être été trop confiant sur ce vertical, mais Nino sautait si bien. C'était son premier vrai parcours depuis Genève et il était un peu frais. Il lui manque quelques parcours dans les jambes et il lui faudra aussi deux ou trois concours d'ici à la finale de Göteborg", fin avril. Du coup, Bordeaux (dans deux semaines) pourra se réjouir d'accueillir LES champions olympiques!

Pas de chance non plus pour le jeune Martin Fuchs, 8e à cause d'une faute sur le no 1 (comme souvent!) avec Principal, ou pour Clarissa Crotta, 9e à cause d'une barre sur le dernier avec West Side. Reste qu'avec quatre Suisses dans les dix premiers, la Suisse a répondu présente.

En vue de la finale, Pius Schwizer, 4e avec 62 pts, placé juste derrière Sergio Alvarez Moya (deux fautes ici avec Carlo), 1er avec 75 pts, Christian Ahlmann, 2e avec 72 pts, et Kevin Staut, 3e avec 69 pts, est assuré d'être à Göteborg. Steve Guerdat a un pied et demi est même plus en finale (13e avec 38 pts). Pour  être dans les 18 élus, Janika Sprunger, 27e avec 21 pts (et 9 pts sur la piste ici avec Uptown Boy), et Beat Mändli, 30e avec 18 pts (et miné par son erreur de distance sur les palanques et ses 10 pts ici avec Louis), devraient disputer les deux dernières étapes et y briller... Paul Estermann, 34e, et Martin Fuchs, 36e, n'auront plus cette occasion, mais l'année est encore longue!

A. P.

S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!