Le Cavalier Romand
23.04.2012

Rich Fellers remporte la finale de la Coupe du monde devant Steve Guerdat et Pius Schwizer

Le podium de la finale Zoom sur « Le podium de la finale » (touche ESC pour fermer)
Le podium de la finale

Les Suisses ont brillé à la finale de la Coupe du monde Rolex FEI de s'Hertogenbosch. Steve Guerdat est monté sur la deuxième marche du podium devant Pius Schwizer. La plus haute marche était occupée par l'Américain Rich Fellers.

En selle sur Flexible, ce dernier a dû en découdre avec Steve Guerdat et Nino des Buissonnets au barrage. Parti en premier, le Jurassien a réalisé un tour parfait, mais l'Américain est parvenu à être plus rapide. Pius Schwizer et Carlina ont fait une faute au second tour ce dimanche, les privant du barrage. Ils se placent donc 3es. Carlina a renversé l'entrée du double no 10, après s'être déjà fait une petite frayeur sur le vertical sur bidet précédant.

Il n'empêche que Schwizer, déjà 2e en 2010 et 6e en 2011, a encore réussi une performance de choix. On notera du reste que les trois premiers ont surclassé le lot, puisqu'ils auraient même pu se permettre chacun deux fautes dans cette ultime manche sans être rattrapés par Philipp Weishaupt, 4e avec le beau Monte Bellini, 1er le vendredi soir, Kevin Staut, 5e avec une Silvana HDC un brin fatiguée sur la fin ou encore l'incontournable Rolf-Göran Bengtsson, 6e avec Casall La Silla, 

Pour la victoire, pour départager Rich Fellers et Steve Guerdat, les deux seuls cavaliers sans faute dimanche, les plus proches aussi depuis jeudi - l'Américain avait successivement été 1er, 8e et 1er ex aequo, le Suisse 2e, 6e et 1er ex. - il fallait bien un barrage, un duel final. Flexible l'inflexible et Nino des Buissonnets le facétieux assagi allaient-ils rééditer un nouveau sans faute tout en galopant aussi fort que le premier soir, où ils étaient déjà côte à côte à la remise des prix?

En Coupe du monde, les barrages pour la victoire, c'est plutôt rare. N'était-ce pas le 4e de l'histoire? Le Suisse avait le désavantage de l'ouvrir et il ne prit pas tous les risques, même s'il coupa court avant la combinaison. "Mon cheval a fait un trop gros saut sur la triple-barre, que j'aurais dû aborder différemment, en serrant plus mon virage, et je n'ai pas pu aller chercher le dernier vertical en 7 foulées, mais Nino a été fantastique de bout en bout", confiera le Jurassien.

Rich Fellers réussit à lui souffler cette Coupe du monde qui lui tendait les bras, pour 6 dixièmes, moins d'une foulée: trois fois rien… mais tout pour ce Californien de 53 ans, déjà 2e de la finale 2008, victorieux le premier soir à Genève, en 2010, et finaliste pour la cinquième année consécutive avec le généreux alezan irlandais Flexible, toujours aussi fringant à 16 ans.

Pour les Etats-Unis, c'est l'heure du retour. N'est-ce pas le premier succès du genre depuis Katherine Burdsall et The Natural en 1987 à Paris-Bercy? La Coupe du monde, ce fut pourtant longtemps un match "Europe - Etats-Unis".

Steve Guerdat, déjà 3e en 2007 à Las Vegas et quatre fois dans les 8 avec Trésor, était forcément déçu d'avoir manqué un tel sacre pour si peu, mais il retrouva son sourire sur le podium, surtout après les gentils mots prononcés au micro par Rich Fellers qui voulut même lui céder - un instant - sa Coupe. 

A. P. / collab. M. S.

S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!