Le Cavalier Romand
17.12.2013

Steve Guerdat : La fête aura lieu sur les pistes de ski

Steve Guerdat Zoom sur « Steve Guerdat » (touche ESC pour fermer)
Steve Guerdat

Après sa victoire au CHI de Genève, le cavalier d’obstacle suisse Steve Guerdat sera peut-être le premier athlète de l’histoire à gagner le Rolex Grand Slam – l’ultime challenge du sport équestre. Interviewé, il explique pourquoi il pense que cela ne fera cependant pas monter la pression.
 
Question : Après votre passage, le barrage a encore duré environ un quart d’heure…

Steve Guerdat : Ces 15 minutes ont paru durer une éternité, elles m’ont semblé plus longues que le week-end entier. D’autant plus que je n’ai pas été particulièrement rapide et que, sincèrement, je n’aurais sûrement pas misé sur ma victoire. Au contraire : j’aurais parié un maximum contre moi.
 
Question : La Rolex que vous avez gagnée est probablement le cadeau de Noël idéal.

Guerdat : (rit) Absolument. Mais je vais en faire cadeau à quelqu’un pour qui ce sera un Noël tout à fait spécial cette année. Mais d’une manière générale, je voudrais souligner que tout ce que fait Rolex pour notre sport est sensationnel. Tout le monde profite de cet engagement : les spectateurs, les athlètes, les médias et le sport.
 
Question : Par cette victoire, votre Rolex Grand Slam personnel vient de débuter.

Guerdat : Exactement, c’est fantastique. Ça a commencé aujourd’hui, et il me tarde de savoir où cela finira. Mais une chose est sûre : Nino est certainement l’un des rares chevaux à posséder le potentiel nécessaire pour gagner le Rolex Grand Slam.
 
Question : Vous pouvez désormais être le premier cavalier de l’histoire à remporter le Rolex Grand Slam of Show Jumping. Pour vous, est-ce que cela fait monter la pression pour le prochain concours, le CHIO Aachen 2014 ?

Guerdat : Non, je ne crois pas. Aachen est de toute façon un concours mondial de niveau suprême. Quand tu y participes, c’est dans le but de gagner, exactement comme aux Masters de Spruce Meadows et au CHI de Genève. Dans cette mesure, le Rolex Grand Slam est une fantastique aventure qui s’y ajoute, mais la pression est déjà extrêmement élevée. D’un autre côté : je verrai bien comment c’est réellement une fois que le concours aura démarré.
 

Question : Comment allez-vous fêter votre succès de Genève ?

Guerdat : Je vais aller au ski avec un grand groupe d’amis. Entre autres, Rodrigo Pessoa et Eric Lamaze seront aussi présents.

 
Le Rolex Grand Slam
Le principe du Rolex Grand Slam est simple. Un cavalier qui remportera trois Grands Prix à la suite décrochera un bonus de 1 million d’euros en plus du montant remis au vainqueur de chaque épreuve. Un bonus est également promis au concurrent qui s’adjugera deux des trois Grands Prix. Si les victoires sont remportées consécutivement, le bonus s’élève à 500’000 euros. Le cavalier s’imposant à deux reprises dans un même cycle, mais pas consécutivement, se verra remettre 250’000 euros. Celui-ci peut en effet monter des chevaux différents lors des trois Grands Prix. Une première victoire déclenche un cycle et l’année calendaire n’est ainsi pas déterminante. Le Rolex Grand Slam est perpétuel. Il est temps.

comm.

S'abonner au Cavalier Romand

Retrouvez le détail de cet article dans "Le cavalier Romand" disponible en kiosque... ou directement dans votre boîte aux lettres en vous abonnant!

Cet article fait partie des archives.
Découvrez nos dernières nouvelles!