Van-Gogh s´est éteint

Van-Gogh, une des gloires du concours hippique, presque une légende, a rejoint le paradis des chevaux. Van-Gogh avait 28 ans et il jouissait d´une longue retraite bien méritée, lui le héros des années 80. Ce fils de Lucky-Boy, hollandais bien sûr, était arrivé en Suisse tout jeune, grâce à Jürg Notz, qui l´avait déniché puis revendu à Jürg Moggi. C´est avec Bruno Candrian que Van-Gogh fera ses classes et deveindra le crack que l´on sait. Très puissant et respectueux, fort et froid en toutes circonstances, Van-Gogh fera vite parler de lui. Champion de Suisse en 81, médaillé d´argent et de bronze aux Européens de Munich la même année, 8e individuel des Mondiaux 82 à Dublin, Van-Gogh permettra aussi à Candrian de gagner moult grands prix, dont Lucerne 82. Leur plus bel exploit? Un doublé Prix des Nations et GP de Suisse en 83 à Genève. Peu après, Van-Gogh passera dans dans les écuries de Willi Melliger, et on croira même un temps que cela sonne la retraite définitive de Candrian. Trois mois plus tard, Van-Gogh et Melliger réussiront le doublé Prix des Nations et GP à Aix-la-Chapelle et participeront à la victoire des Suisses aux Européens de Hickstead. Comme si le changement de cavalier n´avait eu aucune incidence sur ce cheval d´exception, qui ne décevra guère qu´aux JO de Los Angeles. Van-Gogh terminera en roue libre, avec Tina Moggi, la fille de son propriétaire, avant de tirer sa révérence. En deux temps.

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand