A Lyon, Steve Guerdat est seul en tête de la finale, suite au triste retrait de Patrice Delaveau

Le Normand doit hélas jeter l'éponge, Lacrimoso étant boiteux. Kent Farrington aussi. Il reste tout de même cinq cavaliers dans la même faute, dont Pius Schwizer

Steve Guerdat et Nino des Buissonnets Steve Guerdat et Nino des Buissonnets

Comme toujours, la lutte est très serrée lors de cette 36e finale de Coupe du monde de saut d'obstacles et plusieurs paires - cinq - sont séparées par une barre ou moins avant le troisième et dernier Acte. Et comme toujours, tout se décidera le dernier jour, il y aura encore des rebondissements, dans la première manche déjà (à suivre sur le site de la RTS dès 14h00 ou sur FEI TV), puis dans la seconde (à suivre en direct sur RTS2, vers 16h, et sur FEI-TV). Cela dit, Steve Guerdat aborde ce grand final dans d'excellentes conditions.Et en leader!

2e de la finale l'an passé à Göteborg et douze mois plus tôt déjà à den Bosch, Steve Guerdat avait chaque fois réussi une folle remontée, pour échouer d'un souffle, après barrage. Cette fois-ci, il est déjà mieux placé le lundi, avant d'attaquer les deux dernières manches, puisqu'il est leader. Et son fabuleux Nino des Buissonnets, ménagé depuis quatre mois, tient la grande forme. Après les podiums réussis en 2007, en 2012 et en 2013, la quatrième fois sera-t-elle celle de la victoire? 

Garder les pieds sur terre. Et donner de la voix!

Même si Nino vole, Steve Guerdat garde les pieds sur terre: "Il reste deux grosses manches et les cinq premiers sont dans la même faute, ils ont tout autant envie de gagner que moi et sont talentueux, tout reste à faire!". Le Jurassien n'est pas seulement le leader du classement, il s'est comporté en leader d'opinions lors de la conférence de presse samedi soir, critiquant les officiels qui n'avaient pas accepté de réduire le temps accordé, comme le demandait le chef de piste Frank Rothenberger et le délégué technique Luc Musette. Nous y reviendrons dans Le Cavalier Romand qui sortira dans une semaine, mais cela fait du bruit. Fort de son autorité, le Jurassien ose dire tout haut ce que les autres pensent tout bas.

Sur la piste, il y aura d'autres ténors qui oseront donner de la voix, à commencer par le discret mais efficace Allemand Daniel Deusser, qui lui avait succédé en 2006 chez Tops avant de s'installer en Belgique. Il n'est qu'à 2 pts avec son superbe gris Cornet d'Amour et ces deux-là forment aussi une des meilleures paires du monde. La tenante du titre, l'Américaine Beezie Madden, Ludger Beerbaum et le second Hélvète, Pius Schwizer, sont à 4 pts et une barre, ce n'est pas grand chose quand on pense qu'il faudra assurer une trentaine d'efforts.

Ils sont donc au moins cinq pour cette Coupe du monde Longines FEI 2014 et Pius Schwizer, 3e ex aequo et déjà deux fois sur le podium (en 2010 à Genève et en 2012 avec Guerdat à den Bosch), en rêve aussi. Avec le puissant et frais Toulago, il a une carte à jouer.

Trois forfaits à regretter, deux en tout cas!

Ils seraient même six dans la même faute, si le co-leader du classement, le sympathique Normand Patrice Delaveau, n'avait hélas dû déclarer forfait hier matin après l'inspection vétérinaire. Lacrimoso HDC souffre d'un hématome au pied. Le Normand a courageusement expliqué sa décision à la presse: "Samedi soir, en préparant le barrage à la détente, je n’avais pas senti mon cheval à 100 % au trot, mais il avait ensuite bien sauté. Les vétos l'avaient regardé, mais pas trouvé grand-chose. Il a été logiquement refusé à la visite et nous ne voulions pas le remontrer, attendre 24 heures avant de le retirer. Il n’a que dix ans et j’espère qu’il fera plein d’autres finales!"
Entraîneur national français, Philippe Guerdat ne cachait pas sa tristesse ni son admiration pour "cet homme de cheval qu'est Patrice". Il a aussi salué l'attitude des propriétaires, le couple Perron-Pette. Deux autres forfaits ont été annoncés, celui, regrettable, de l'Américain Kent Farrington, 9e ex aequo, qui n'a pas souhaité montrer Voyeur, victorieux samedi soir, aux vétérinaires ("Il a été longtemps blessé, on ne veut prendre aucun risque, surtout du moment que les chances de podium se sont envolées (ndlr: vraiment?)"), et celui, plus logique, de l'Irlandais Billy Twomey, qui n'avait plus aucune chance (17e ex.) et a en Tinka's Serenade une jument brillante mais âgée de 17 ans.

Alban Poudret
 

 


Dans la même catégorie

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand