Endurance aux Emirats: le mauvais feuilleton et la série noire continuent...

Encore de bien tristes scènes lors d'une course pour jeunes, le week-end dernier, et l'ex jument de Nina Lissarague, la fille de la meilleure cavalière de Suisse, a dû être euthanasiée.

Le site de l'eperon.fr nous apprend que de nouvelles scènes épouvantables se sont déroulées le week-end derniers lors de courses organisées pour la relève aux Emirats, à al Wahtba. Un nouvel incident dramatique après la mort d'un cheval le second week-end de janvier et à dix mois de Championnats du monde que l'on imagine mal se dérouler aux Emirats, même si un des trois sites semble nettement plus scrupuleux que les deux autres. Voici l'article paru ce jour sur le site du magazine français L'Eperon:

Endurance aux Emirats : mauvaises actions, réactions !
Malgré les mesures prises en 2015, malgré la suspension temporaire l’an dernier de cette fédération par la FEI, le mauvais feuilleton de l’endurance sous ses jours les plus sordides continue aux Emirats Arabes Unis. Tandis que du côté d’Abu Dhabi, le site de Bouthied Sous a mis en place des règles draconiennes pour assurer un déroulement dans l’éthique et le respect des chevaux, les débordements pour ne pas dire les abjections, continuent sur les deux autres stades d’endurance équestre du côté de l’émirat de Dubaï.

Sur le site al Wahtba, l’horreur a été à son comble lors d’une cours de 120 km réservée aux jeunes cavaliers, on ose à peine écrire ce mot tant il parait impropre à voir la vidéo de 7mn circulant sur les réseaux sociaux (Cliquez ici).  Chevaux poussés à l’extrême, avec le  renfort des assistants venus sur la piste, hystérie  des suiveurs en voiture …. Rien à voir avec une compétition équestre !  Bien que s’agissant d’une course nationale, la FEI ayant dans son protocole d’accord pour la levée de la suspension de la fédération des EAU imposé que les règles internationales soient de mises sur les compétitions nationales, les juges ont disqualifié cinq cavaliers dont le comportement transgressait ces règles.

Cela ne ramènera pas à la vie la pauvre Ainhoa Catharissime, une jument née dans l’élevage basque de la famille Valério vice-championne d’Europe des Jeunes en 2014 avec Nina Lissarrague, euthanasiée suite à la gravité de ses blessures !  Les réactions sur les réseaux sociaux n’ont évidement pas manqué, comme l’an dernier après la diffusion de la vidéo de  Splitters Creek Bundy s’effondrant dans le sable terrassé par une double fracture des paturons. Côté FEI aussi. Déjà les mauvais échos  du déroulement des courses nationales  sur les deux autres sites que Bouthieb avaient valu la semaine dernière une convocation à Lausanne du président de la fédération nationale.

Dès lundi c’est Manuel Bandeira de Mello, le président de l’endurance à la FEI qui s’envolait pour les Emirats Arabes Unis, et dès le lendemain l’annonce de la suspension des courses sur le site d’al Wahtba était prononcée (3 courses nationales dont le championnat et un CEI*). L’attribution du prochain Mondial est bien sûr  en question !  Toutefois les avancées réglementaires proposées par Sheikh Sultan bin Zayed al Nahyan et mises en œuvre sur le site de Bouthieb avec d’excellents résultats - lire ici le témoignage de François Kerboul* - pas d’incidents majeurs sur les 1077 chevaux en compétition sur  les 8 évènements organisés – montrent que l’endurance aux Emirats Arabes unis peut encore  se passer dans des conditions correctes. La limitation de la vitesse, l’adaptation des temps de récupération, l’accroissement des contrôles autour des pistes et vet-gates pour éviter toute fraude sont des mesures en vigueur ici qui pourraient bien faire leur chemin pour la sauvegarde des chevaux et de la discipline !

Jocelyne Alligier pour L'eperon.fr


Ce week-end

À l'étranger

En Suisse

Dans la même catégorie

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier