Steve Guerdat et Alamo ont gagné l'acte I de la finale de la Coupe du monde, ce soir à Göteborg Steve Guerdat et Alamo ont gagné l'acte I de la finale de la Coupe du monde, ce soir à Göteborg. Photo RB Presse-Pascal Renauldon

Finale de la Coupe du monde de saut à Göteborg : départ idéal pour Steve Guerdat, 1er, Martin Fuchs 5e

Le No 1 mondial a encore fait un tour de rêve ce soir avec Alamo et il est en tête après la chasse, l’Acte I de cette 41e finale. Martin Fuchs, 5e, est en position assez convoitée aussi… Beat Mändli chute

Deux Suisses et trois Belges pour emmener le tour d’honneur de l’Acte I de la finale de la Coupe du monde de saut, qui l’eut cru ? On a même pensé un instant avoir un podium digne du championnat de Belgique, puisque Pieter Devos devançait Olivier Philippaerts (qui a perdu son étrier dans la dernière ligne !) et François Mathy Jr., épatant avec l’étalon Casanova de l’Herse. Jusqu’à ce que Steve Guerdat n’entre en scène et ne mette tout le monde d’accord et le public dans sa poche…

Montant Alamo avec une classe, une précision et un sentiment hors du commun, Steve Guerdat a déroulé son tour comme dans un rêve. Pas un sursis, pas une barre frôlée, sans jamais forcer. Et à l’arrivée, une mini avance (3 centièmes !) sur Pieter Devos et Apart, un peu plus sur les suivants. Ce qui s’appelle avoir un chronomètre dans la tête !

« Je n’avais pas besoin de prendre de risques inutiles, je savais que personne n’avait plus essayé l’option prise par Beat (Mändli) sur le no 11 et certaines options (une foulée de moins ici ou là) n’étaient pas pour lui, j’en suis resté à mon plan et j’ai un peu accéléré sur la fin, ça a suffi et j’en suis heureux, je suis ravi de la façon dont mon cheval a sauté », dira le Jurassien.

Beat Mändli terriblement déçu

Steve Guerdat a aussi dit sa tristesse pour Beat Mändli, venu des Etats-Unis pour ça, très motivé pour son premier grand championnat depuis 2011 et qui a hélas essuyé les plâtres en coupant sur ce no 11, ce que plus personne n’a fait alors que beaucoup l’étudiaient à la reconnaissance du parcours. Refus, chute et élimination ! « Beat m’a entraîné jeune, donné beaucoup de conseils, je suis désolé pour lui. S’il avait passé, beaucoup l’auraient ensuite fait ! »

Beat Mändli parlait de la plus grosse déception de sa carrière ! Il repartira demain soir (18h) pour finir sur une bonne impression, s’il en a le droit. « Ma faute dans le triple m’a incité à accélérer et je n’ai pas assez soigné mon tournant » Et d’ajouter, abattu : « Dsarie n’avait plus sauté en indoor depuis 16 mois, j’ai la crève, mais je ne veux pas d’excuse ».

Autre malheureux, la légende John Whitaker (qui n’est pas en lice dans la finale, mais était invité pour le CSI 5*), qui s’est cassé la clavicule en chutant dans une épreuve d’encadrement avec son bon vieil Argento.

Martin Fuchs croit au doublé suisse !

La Suisse a encore deux grandes chances avec Steve Guerdat et Martin Fuchs, auteur d’un tour impeccable avec Clooney et sans regret (« J’aurais pu faire une foulée de moins entre le 3 et le 4, mais je serais 4e et ça ne changerait rien. ». « On doit aller chercher deux nouvelles places sur le podium dimanche et sans personne devant nous ! », dit le Zurichois, hyper motivé. 

Reste que les Belges, l’Espagnol Alvarez Aznar (autre élève de Thomas Fuchs), 6e, les Allemands Ahlmann, 7e, et Deusser, 8e (le plus rapide, mais avec une barre), Bruynseels, 9e, la tenante du titre Beezie Madden (la meilleure amazone, une fois encore), 10e, et Peder Fredricson, 11e, ne l’entendent pas de cette oreille. Et ils sont encore tous dans la course au podium…

Alban Poudret


Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir la panier