CSI 5* de Bâle: Niels Bruynseels triomphe tout en légèreté, trois Suisses dans le Top 11

Le Belge Niels Bruynseels remporte le Grand Prix de Bâle avec brio et finesse. John Whitaker (61 ans) beau 2e. Martin Fuchs 5e, Steve Guerdat 9e, Paul Estermann 11e.

CSI Bâle,Niels Bruynseels,John Whitaker,Martin Fuchs CSI Bâle: Niels Bruynseels entouré de Willy Bürgin, président, Georges Zehnder, chef de presse, et Martin Fuchs, 5e (de g. à dr.)

Une demi-surprise peut-être, mais une très belle victoire que celle de Niels Bruynseels ! Toujours fin, élégant et précis, mais rarement tout devant, le Belge (33 ans) a fêté sa plus belle victoire en 5 étoiles – avec les Stephex Masters de Bruxelles - en remportant ce dimanche à Bâle le Grand Prix Longines. « J’ai des chevaux formidables et interchangeables, tout tourne bien depuis deux ans », a dit ce lauréat humble, qui fait preuve d’un grand sentiment avec toutes ses montures.

Avec la BWP de 11 ans Gancia de Muze (par Malito de Rêve et par Nimmerdor), il avait gagné… l’autre GP des Stephex Masters (celui du samedi), le GP 3 étoiles de Bonheiden et une 145cm à Genève, où il misait plus sur Cas de Liberté, 6e du GP, et Angel vt Hof (par Chin Chin), 3e de la Coupe de Genève et 2e ici hier encore. Sacrée régularité !

A la 2e place, le vétéran anglais John Whitaker (61 ans), qui n’a rien perdu de son talent et de son sens du train, à moins d’une seconde du vainqueur avec Ornellaia, à la 3e, l’Australienne Edwina Tops-Alexander, dont la bondissante Lintea Tequila fait bien des envieux, à la 4e un autre Belge, Olivier Philippaerts avec la brillante grise Legend of Love H&M.

Martin Fuchs vise la finale d'Omaha

Pour Martin Fuchs, l’exercice n’était pas évident car les virages étaient très serrés (cf. le mur du GP de Genève) et le jeune Zurichois avait vu Bruynseels prendre tous les risques : « Je savais que je ne pouvais pas gagner, je visais un Top 3 et le 5e rang me va bien. Mon but est maintenant de marquer des points à Leipzig et à Zurich, pour gagner ma place à la finale de la Coupe du monde d’Omaha». Martin Fuchs tentera tout ça avec Clooney, qu'il peut garder. Steve Guerdat regrettait pour sa part bien sûr la faute de Big Red, elle lui coûtait au moins quatre rangs, mais la 9e place de ce nouveau crack est prometteuse. Du côté suisse encore, Paul Estermann est 11e avec Lord Pepsi. Pius Schwizer, brillant ici les premiers jours (deux victoires), mais contraint à l’abandon aujourd'hui, défendra « son » bien dans dix jours à Zurich. On espère que Bryan Balsiger, encore 8e le matin avec Nohjy, sera invité.

Trois Suisses au second tour, c'est bien, quand on pense qu'aucun Français n'en était. « Bien sûr que je suis déçu, on espérait beaucoup plus et deux de mes cavaliers sont passés tout près, Kevin (Staut) a commis une faute là où quasiment personne ne l’a faite, à la sortie du double, et Simon (Delestre) a été piégé dans la ligne 4-5-6, Qlassic a touché le vertical du milieu alors qu’il sautait très bien. Pénélope n’a pas trop de chance ces temps-ci et Patrice recommence avec Lacrimoso HDC », confiait Philippe Guerdat en dégustant tout de même une fondue en famille, après avoir passé quatre jours au (très) froid (et au trop chaud).

Alban Poudret

 


Dans la même catégorie

Les Helvètes s'illustrent

Les Helvètes s'illustrent

5 décembre 2021    Saut

Les as du siècle : qui sont-ils ?

Les as du siècle : qui sont-ils ?

4 décembre 2021    Saut

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier