CSI-W de Zurich : Martin Fuchs garde « son » Grand Prix, les Suisses dominent

Déjà victorieux l’an passé avec Chaplin dans le GP du vendredi, Martin Fuchs a encore enflammé Zurich en s’imposant cette fois-ci avec Clooney. Quatre heures après avoir gagné la première « ranking » avec Dubaï du Bois Pinchet ! Et deux petites pour Pius Schwizer !

Martin Fuchs,Clooney,Zurich Martin Fuchs s'impose à Zurich avec Clooney, douze jours après son triomphe à Bâle

A Zurich, il y a deux épreuves importantes, le Grand Prix Longines le vendredi soir, et l’épreuve Coupe du monde, le dimanche après-midi (à suivre dès 14h30 sur www.tsr.ch ou RTS2), même si l’épreuve du samedi à midi compte pour un très hypothétique bonus de 300'000 fr. promis à celui qui ne ferait qu’une bouchée de ces trois épreuves en trois jours, ce qui ne s’est jamais vu.

43 chevaux étaient en lice ce soir, mais moins de la moitié prévus pour dimanche. Le niveau était toutefois haut pour un premier jour de contact, le chef de piste zurichois Guido Balsiger avait mis 15 bons efforts, le triple (11) en fin de parcours et dans un coin, quelques distances courtes ici ou là. Seuls 7 des 42 concurrents furent ainsi rappelés pour le barrage.

Vainqueur de ce Grand Prix l’an passé avec Chaplin (toujours en convalescence !), Martin Fuchs a cette fois brillamment défendu son bien avec Clooney (par Cornet Obolensky). « J’avais pu voir le parcours de Luca (Moneta) au paddock et je savais donc que je devais prendre des risques. J’ose maintenant le faire avec Clooney et mon cheval a tout donné, c’est magnifique de gagner cette épreuve deux ans de suite », a bien résumé le tout nouveau témoignage Rolex, qui partageait sa joie avec les siens et avec Luigi Balieri, le fidèle propriétaire du gris

A l’arrivée, une demi-seconde d’avance sur Luca Maria Moneta, 2e avec son bon vieux Connery (17 ans), et plus de deux secondes sur Bertram Allen, prudent 3e avec Gin Chin van het Lindenhof. 4e, Philipp Weishaupt aurait pu se faufiler au 2e rang sans la faute de Chacon dans le double, mais les débuts avec le cheval de Ludger Beerbaum (épaule cassée) sont prometteurs. Anna-Julia Kontio 5e. Martin Fuchs était le seul barragiste suisse, mais il y avait cinq Helvètes à 4 pts.

Quatre victoires helvétiques

Martin Fuchs avait déjà gagné l’épreuve rankings de l’après-midi, ouvertes aux… 40 meilleurs du classement mondial présents et donc presque à tout le monde (6 seulement sur le carreau). Montant la véloce 9 ans Dubaï du Bois Pinchet, victorieuse de la chasse à Genève comme à Bâle, le Zurichois devançait Luca Maria Moneta, 2e avec Neptune Brécourt (17 ans aussi), Sameh El Dahan, 3e avec WKD Diva. On trouvait ensuite Werner Muff, 7e avec Cornet Mm, et Paul Estermann, 8e avec Curtis Sitte.

Dans l’ouverture (135 cm), doublé suisse grâce à Pius Schwizer, 1er avec Electric Z, et Niklaus Rutschi, 2e avec Pipilotta. Et, derrière Sameh El Dahan, déjà 3e, on trouvait un certain Martin Fuchs, 4e avec Cristo, cheval avec lequel il avait fait une chute terrible ici l’an passé, l’emmenant à l’hôpital et le privant de dessert. Les Züger étaient 6e et 8e, Niklaus Schurtenberger 9e et Rachel Baechler 10e avec Nazca du Plain.

Dans le Jump and Drive, attraction mêlant monte et pilotage, et curieusement placée l’après-midi, où l’on montait souvent les mêmes chevaux, victoire de ces mêmes Pius Schwizer et Electric Z, devant le Tessinois Fabio Crotta et Cassandra Baia. Martin Fuchs et Cristo étaient à nouveau 4es. On ne prête qu’aux mêmes !

Alban Poudret


Ce week-end

À l'étranger

En Suisse

Dans la même catégorie

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier