Sophie Mottu Morel. © CHI de Genève - Joseph Carlucci Sophie Mottu Morel. © CHI de Genève - Joseph Carlucci

Dans les coulisses du CHI de Genève avec Sophie Mottu Morel, directrice générale

Sophie Mottu Morel, directrice générale du CHI de Genève se confie sur l'édition virtuelle 2020.

  • Quelles surprises nous réserve le CHI de Genève virtuel ?  
  • Dès que l’annonce a été faite de l’annulation du CHI de Genève, nous avons voulu être tout de même présents du 10 au 13 décembre 2020, les dates initialement prévues pour l’événement, même si cela devait se faire de manière virtuelle. L’équipe a bien réfléchi et a conclu qu’elle voulait avant tout proposer une expérience différente et inédite. Elle a donc décidé de produire une émission télévisée quotidienne, d’une durée d’une heure, à laquelle participeront divers invités prestigieux. Cela fait déjà plusieurs années que nous produisons une émission de télévision durant le CHI de Genève. Nous avons donc une certaine expérience dans ce domaine. Alban Poudret et Michel Sorg, les commentateurs habituels du CHI de Genève, mèneront ces interviews avec une star différente chaque jour, dans le studio ou bien par visioconférence. Ces conversations seront parsemées de souvenirs et d’anecdotes, et les invités nous feront également part de leurs commentaires et anecdotes sur l’histoire de la compétition à Palexpo.
     
  • Comment le public peut-il y participer ?
  • Les amateurs d’équitation pourront regarder notre émission sur le site du CHI de Genève ou sur notre page Facebook. L’émission sera diffusée jeudi 10 (invité spécial : Kevin Staut sur Zoom), vendredi 11 (invité spécial : Steve Guerdat au studio ou sur Zoom) et samedi 12 décembre (invités spéciaux : Eric Lamaze et Luciana Diniz, sur Zoom) de 18 h 30 à 19 h 30 (heure de Genève), et dimanche 13 décembre (invité spécial : Martin Fuchs, sur Zoom) de 14h à 15h (heure de Genève). Le public pourra poser des questions aux invités en temps réel par le biais des réseaux sociaux (le samedi et le dimanche ce sera réservé aux bénévoles) et d’une plateforme dédiée et participer à des sondages, et il aura aussi une chance de gagner des cadeaux !
     
  • Le CHI de Genève a été consacré « Meilleure compétition au monde » à dix occasions. Est-ce là un motif de plus de vouloir faire de cette édition virutelle un succès ?
  • Les récompenses que nous remportons nous poussent sans cesse à travailler encore plus dur et à nous surpasser. Les accolades telles que celle-ci nous incitent également à faire preuve d’originalité dans nos réflexions, pour nous démarquer des autres grandes compétitions équestres. C’est pour cela que nous avons décidé de créer quelque chose d’inédit.
     
  • Quel est le secret d’un événement réussi, en live ou en virtuel ?
  • La clé de notre réussite est sans aucun doute la passion qui nous anime pour les sports équestres. L’équipe se consacre corps et âme à l’organisation du concours. On nous traite parfois de doux rêveurs, mais c’est important de voir grand, et c’est là notre force !
     
  • Quel a été l’aspect le plus intéressant de l’organisation du CHI de Genève viruel ?
  • Nous avons pris beaucoup de plaisir à réfléchir au contenu de nos quatre émissions quotidiennes. Leur organisation a requis un travail d’équipe considérable de la part de notre équipe de communication, notamment Yannick Guerdat, qui coproduit les émissions avec nous, et Nicolas Bossard, qui travaille avec nous depuis le départ sur les émissions de la chaîne CHI Genève (CHIG) TV.
     
  • Que tirerez-vous de cette expérience ?
  • Une volonté réelle de produire quelque chose d’inédit, une vision commune dans ce que nous avons créé et mis en place, et une grande motivation pour proposer un contenu intéressant et original aux amateurs de sports équestres.
     
  • En raison du coronavirus, les Majeurs du Rolex Grand Slam of Show Jumping  de l'été (le CHIO d’Aix-la-Chapelle et le CSIO des Spruce Meadows ‘Masters’) ont tous deux organisé des éditions virtuelles. Le CHI de Genève s’est-il inspiré de ces deux événements ? 
  • Comme je l’ai dit, l’équipe organisatrice du CHI de Genève souhaitait proposer quelque chose d’inédit et de différent. Ceci dit, nous avons bien sûr suivi avec intérêt les initiatives de nos homologues du Rolex Grand Slam cette année, et nous les félicitons pour les remarquables résultats découlant de leurs efforts.
     
  • Vous devez avoir une équipe formidable pour pouvoir organiser une édition virtuelle du CHI de Genève en si peu de temps...
  • Effectivement, le CHI de Genève a la chance de pouvoir compter sur une équipe de talent, ultra motivée et compétente. Il faut aussi noter l’extraordinaire travail des bénévoles, qui sont l’âme-même du concours. Rien ne serait possible sans eux. Pour les remercier, nous leur donnerons l’opportunité de poser des questions en exclusivité à nos invités spéciaux sur CHIG TV le samedi 12 et le dimanche 13 décembre. Un de nos bénévoles gagnera également un prix exceptionnel : un ticket VIP pour le CHIO d’Aix-la-Chapelle l’an prochain.
     
  • Martin Fuchs, cavalier prodige suisse, est le champion en titre du Rolex Grand Prix au CHI de Genève. Pensez-vous qu’il parviendra à défendre son titre en 2021 ?
  • Martin doit être très déçu de ne pas pouvoir défendre son titre cette année, mais je suis sûr qu’il n’en reviendra que plus motivé en 2021.
     
  • Numéro un actuel au classement mondial, Steve Guerdat a participé à tous les Majeurs depuis 2013. Comment parvient-il a maintenir ce niveau, et comment Steve et Martin sont-ils arrivés aux deux premières places mondiales ? 
  • Steve a beaucoup de talent, et il maîtrise parfaitement l’entraînement de ses chevaux. C’est là l’une des clés de sa réussite constante. Il inspire de nombreux jeunes cavaliers suisses et étrangers à suivre son exemple, et Martin aussi. Le père de Martin entraîne Steve. Les deux cavaliers ont un grand respect l’un pour l’autre, mais entretiennent aussi une rivalité amicale qui les pousse à se dépasser et qui fait la force de l’équipe nationale suisse.
     
  • En 2021, le CHI de Genève souffle ses 60 bougies. Quels sont vos meilleurs souvenirs depuis que vous avez commencé à travailler pour cette compétition ?
  • J’en ai beaucoup ! Parmi ceux qui me donnent encore des frissons, je citerais la victoire de Steve et Jalisca Solier dans le Grand Prix Coupe du monde en 2006 et les adieux empreints d’émotion à Nino des Buissonnets en 2016.
     
  • Nous fêterons la 20e édition de la finale du Top 10 IJRC Rolex au CHI de Genève l’an prochain. Le CHI de Genève virtuel a-t-il un Top 10 virtuel au programme ?
  • Nous aborderons évidemment le Top 10. Nos invités spéciaux et les amateurs d’équitation qui regardent l’émission pourront par exemple créer leur propre Top 10 des performances auxquelles nous avons eu le plaisir d’assister depuis la première édition du concours en 1926 !

Comm. RGS


Ce week-end

À l'étranger

En Suisse

Dans la même catégorie

La compétition reprend ses droits

La compétition reprend ses droits

14 janvier 2021    Divers

Elin Ott «  rookie » de l'année

Elin Ott « rookie » de l'année

6 janvier 2021    Divers

Inonstop van't Voorhof n'est plus

Inonstop van't Voorhof n'est plus

2 janvier 2021    Divers

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier