Européens de saut: consécration pour Super «Bosty», désillusion pour Steve Guerdat

Couronnement de carrière pour Roger-Yves Bost, amère 8e place pour Steve Guerdat, sur le podium… jusqu'au dernier triple: refus de Nino! Janika Sprunger 7e.

Bost,Herning Roger-Yves Bost à Herning

Final palpitant, sur des parcours - enfin! - très difficiles et techniques, ce samedi à Herning. N'est pas champion d'Europe qui veut! Et Roger-Yves Bost (photo), à 47 ans et demi (il est du 21 octobre, si jamais!), mérite bien cette consécration, lui le battant, l'homme de cheval, le gars sympa qui aura eu bien des hauts (or par équipe aux Mondiaux de 1990, argent à ceux de '94 et de '98), de grandes victoires, mais aussi de longs passages à vide.
"Bosty" décroche son premier titre et sa toute première médaille individuelle après 25 ou 30 ans d'efforts, lui qui avait certes été champion d'Europe, mais chez les jeunes cavaliers. Il couronne ainsi sa carrière, un peu comme Philippe Le Jeune aux Jeux mondiaux 2010 de Lexington. Et ça fait plaisir à tout le monde.

La seule jument sans faute depuis mardi
Cet acrobate au style inimitable a encore donné des frayeurs à ses supporters, mais il sait motiver sa jument comme pas deux. Castle Forbes Myrtille Paulois (13 ans), une fille de Dollar du Mûrier et de Grand Veneur, que Lady Georgina Forbes avait retirée à Jessica Kürten pour la confier au cavalier de Barbizon, est arrivée dans ses écuries en juin 2011 et elle avait remporté le GP de Bâle en janvier 2012. «Elle a tout et ici elle était en confiance, elle m'a tout donné». N'est-ce pas le seul cheval à n'avoir fait aucune barre de la semaine?
A ses côtés sur le podium, Ben Maher, 2e à cause d'une faute de Cella sur le gros oxer polonais de la 1ère manche, et Scott Brash, 3e sur le fabuleux Hello Sanctos, avec le seul double sans faute du jour (Bosty s'est permis 1 pt de temps), ce qui repousse le tenant du titre, Rolf G. Bengtsson, au pied du podium.

«Je voulais arriver très propre»
Cette médaille de bronze était "promise" à Steve Guerdat, mais un refus totalement inattendu de Nino des Buissonnets dans le triple final a cassé ce beau rêve. Dépité et 8e, le Jurassien, mais prêt à répondre longuement et bravement aux journalistes, à la TV, à la radio.
«Je n'arrive pas à l'expliquer, c'est un grand choc pour moi, je ne m'y attendais vraiment pas. Il était super à monter, dans la seconde manche encore peut-être plus que dans la première. J'ai bien écarté mon virage, pour faire une foulée de plus et jouer la prudence, arriver très propre dans la combinaison. C'est dur, le cheval était en pleine forme et je croyais à cette médaille», dira le Jurassien, pas inquiet dans la mesure où le cheval est volontiers revenu la seconde fois. Des refus, il en a souvent fait, surtout avant d'atterrir en Suisse, mais pas dans un grand championnat. La guigne!
Janika Sprunger est sortie deux fois de piste avec 5 pts et ses 14,32 pts lui assurent le 7e rang final. «Je pense avoir fait de bons tours, harmonieux et Palloubet était très en forme jusqu'au bout. Je termine 7e et meilleure cavalière, pour mes premiers championnats, c'est plutôt bien, non? Je suis vraiment contente et ça va me donner de la confiance». Janika Sprunger 7e et Steve Guerdat 8e, l'équipe 5e, on espérait plus évidemment, beaucoup plus, mais le bilan est plutôt honorable pour les troupes d'Urs Grünig, malgré toutes ces frustrations.

Un sérieux premier tri!
La première manche avait déjà passablement brassé les cartes. Il faut dire que le tracé était - enfin ! - très sélectif, plus gros et surtout beaucoup plus technique que les trois jours précédents. La rivière (410 cm), précédée d'un petit appel assez peu marqué (verdure) fit plus de fautes. L'oxer no 6 était placé dans la pénombre pour la première moitié des chevaux et il était fait de palanques et de barres noires: un peu traître! Il était suivi à 6 ou 7 foulées d'un triple très costaud et, à 4 ou 5 foulées, d'un gros vertical de 165 cm sur bidet. Puis un mur orange de 166 cm, un gros oxer polonais (155 sur 190 de large) et une dernière ligne diabolique, avec un oxer suivi à 6 ou 7 foulées d'un double de droits (160 cm) hyper délicat et très court (10 m70 à peine entre les deux). Costaud!
A l'arrivée deux seuls sans faute, Steve Guerdat, impérial avec un Nino des Buissonnets impressionnant, et l'Ecossais Scott Brash, très déterminé avec son brillant Hello Sanctos, 5e aux JO et en or par équipe à Londres comme ici. Et deux cavaliers à 1 pt (le temps était hyper court), Michael Whitaker (Viking) et Roger-Yves Bost (Myrtille Paulois Castle Forbes), qui fit un sacré numéro d'acrobatie dans la dernière ligne mais sut transmettre sa niaque à sa jument.
3e mardi et mercredi, 2e depuis jeudi soir, Bosty remontait ainsi à la première place, devant Ben Maher, qui s'était laissé piéger par l'oxer polonais no 10, récoltant ainsi ses premiers - et seuls - 4 pts de la semaine. Et derrière ces deux hommes, on retrouvait Steve Guerdat, 3e devant son pote Rolf G. Bengtsson, Scott Brash, Daniel Deusser et Ludger Beerbaum, tous dans la même faute.
En revanche, les 5 pts concédés par Janika Sprunger écartaient déjà quasiment la Bâloise, 8e à plus de deux fautes de Bost et plus d'une des autres leaders, de la course au titre. Palloubet d'Halong avait encore sauté de façon fantastique et Janika aurait presque dû le laisser faire dans la dernière ligne aussi. Elle voulut caser sept foulées, mais était un peu près du 12a et la barre tomba au sol. Le point de temps était, en revanche, moins grave que jeudi soir, sept chevaux seulement sur vingt-cinq ayant pu finir dans les 75 secondes accordées par Frank Rothenbergher (l'Allemand avait raboté cinq secondes après le seul parcours de Moneta!).

Retrait des deux autres Suisses
9 pts pour Pius Schwizer, piégé par le dernier double avec Picsou du Chêne, qui conservait alors son 16e rang, tandis que Paul Estermann redescendait au 18e rang à cause de ses 14 pts. Faute à l'eau, dès le début du parcours, barre sur le "piégeard" oxer no 6 et sur la sortie du double, pourtant abordé à la perfection. Petit coup de fatigue pour Castlefield Eclipse? La Suisse était la seule à avoir 4 finalistes, cela nous donnait une fois de plus la médaille de l'homogénéité, mais cela ne console évidemment personne.
Pius Schwizer et Paul Estermann décidèrent alors d'en rester là. Dans la seconde manche, il n'y avait du reste plus que 19 concurrents (sur 25 et 78 mardi!). Il y avait encore 10 obstacles et 12 efforts, quelques gros sauts, des palanques suivie d'un gros oxer (152 x 180) contre la paroi et un triple final délicat (vertical de 157 cm, oxer large, vertical de 160 cm). Il y eut cette fois-ci quatre sans faute, réussis par les trois médaillés et par l'élégant Normand Aymeric de Ponnat, qui remontait ainsi au 11e rang final, juste derrière le toujours plus surprenant italien Luca Maria Moneta, 10e, et surtout devant le no 1 mondial Christian Ahlmann, Patrice Delaveau et une incroyable Athina Onassis de Miranda, de plus en plus en confiance.
Il y aura donc eu bien des surprises ici à Herning et le sacre de Bosty, cavalier assez atypique et baroque dans son style mais diablement efficace, motivateur pour les chevaux et pour les hommes - Philippe Guerdat peut être fier de lui avoir fait confiance, l'annonçant comme son joker - unanimement apprécié des cavaliers, en est une belle.
Alban Poudret


Dans la même catégorie

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand