Finales Coupe du monde à Göteborg: deux Suisses, dont le tenant du titre, en saut, une en dressage

En Suède, Steve Guerdat et Romain Duguet peuvent viser un Top 10 et même un podium, Marcela Krinke-Susmelj doit espérer un Top 6 ou 8

Steve Guerdat,Romain Duguet,Marcela Krinke,Göteborg Steve Guerdat avait gagné l'an passé le Grand Prix de Göteborg et la finale de Las Vegas avec Albführens's Paille de la Roque. Cette fois, ce sera à Corbinian de jouer!

Temple de la Coupe du monde de saut depuis sa création en 1979 et théâtre de quatorze finales, la Scandinavium Arena de Göteborg va vibrer ces cinq prochains jours… Et en saut, les prétendants ne manquent pas… Au programme: chasse vendredi à 18h15, grosse épreuve avec barrage samedi dès 18h et deux sacrées manches finales lundi dès 13h00, le tout à suivre sur Equidia, FEI-TV et d’autres chaînes. Et sur notre site, puisque nous serons sur place tout au long du week-end.
Triomphateur de la finale de la Coupe du monde de saut 2015 à Las Vegas avec Albführen’s Paille, Steve Guerdat tentera dès vendredi à Göteborg de défendre son bien. Le Jurassien s’est déplacé sans Nino des Buissonnets, ménagé en vue des JO, mais il peut réussir un exploit avec son prometteur Corbinian, préparé pour ça (Concetto Son est là en réserve). L’an passé, ne s’agissait-il pas du premier championnat de Paille? Göteborg sera la dixième finale du genre pour Steve Guerdat et il a déjà terminé 4 fois sur le podium et 8 fois sur 9 dans le Top 10! Qui dit mieux? Pas grand monde! Un Top 10, voire une nouvelle place sur le podium, semble possible et cette finale sur trois jours et quatre tours constituera un bon test et une belle expérience pour Corbinian.
Avec Quorida de Treho, sa fabuleuse jument de tête, gagnante de trois GP 5 étoiles l’an passé, dont deux en indoor, Romain Duguet peut aussi viser un podium. La jument n’a pas de limites, elle est très régulière et peut briller dans chacune des épreuves (à moins que Twenty Two des Biches ne commence…). Reste à savoir si Quorida a assez tourné sur du gros depuis fin 2015 (abandon à Den Bosch après quatre obstacles et une barre). Une nouvelle performance de choix placerait Romain Duguet sur orbite pour les JO.


Allemands et Français en force…
Cela dit, ils seront très nombreux les prétendants, chez les Européens surtout. Il y aura une fantastique armada allemande emmenée par Christian Ahlmann, victorieux de trois étapes Coupe du monde et de six GP cet hiver, qui misera sur Taloubet Z, 1er en 2011 à Leipzig, Marcus Ehning, époustouflant vainqueur du récent GP de Bois-le-Duc (Den Bosch) avec Cornado NRW, Daniel Deusser, vainqueur de la finale 2014 à Lyon avec ce même Cornet d’Amour, Marco Kutscher avec Chaccorina et le jeune lauréat de Leipzig Niklas Krieg. Du coup, l’absence de Ludger Beerbaum, non qualifié (tout comme Scott Brash et bien d’autres) passe quasi inaperçue!
Les Français alignent également un quatuor de choc, avec le no 1 mondial Simon Delestre, avec Qlassic Bois Margot, Kevin Staut, avec For Joy, Patrice Delaveau, avec Lacrimoso HDC, et Pénélope Leprévost, qui était la dauphine de Steve Guerdat l’an passé et montera à nouveau Vagabond de la Pomme. Un ou deux Tricolores sur le podium? C’est possible, même si Philippe Guerdat souligne que les Allemands ont autant de prétendants qu’eux…
Les Belges peuvent compter sur les frères Philippaerts et Jos Verlooy, les Hollandais sur Maïkel van der Vleuten et Harrie Smolders, les Irlandais sur Lynch, les Britanniques uniquement sur Laura Renwick, MM. Brash, Whitaker and co ne s’étant pas qualifiés.


Des absents chez les Américains
Chez les Américains, il y aura de bonnes paires, comme les héros de la finale 2012 Rich Fellers et Flexible, Jack Towell, vu au barrage du Saut Hermès, Quentin Judge et l’ex-crack de Wathelet et Ehning Copin van de Broy ou Katie Dinan et Nougat du Vallet, mais il y a aussi de grosses absences: Beezie Madden, Kent Farrington et McLain Ward…
Edwina Tops-Alexander pourra miser sur l’incroyable Caretina de Joter. Chris Chugg, 7e de la finale 2010 de Genève, sera aussi là. Au total, 38 finalistes en saut, contre 18 en dressage.


Des forfaits en dressage
Comme nous vous l’avons annoncé, il y aura finalement de gros forfaits en dressage: Charlotte Dujardin, Isabell Werth, Beatriz Ferrer-Salat, Edward Gal, etc. Du coup, la lutte pour la victoire devrait surtout concerner le Hollandais Hans-Peter Minderhoud avec l’indigène Flirt de Lully CH, né chez les Fünfschilling, Jessica von Bredow-Werndl, déjà deux fois sur le podium avec Unee B, et deux Suédois, Tinne Vilhelmson-Silfven avec Don Auriello, et Patrick Kittel avec Watermill Scandic.

Outsiders pour un Top 6, la Danoise Anna Kasprzak avec Donnperignon, la Russe Inessa Merkulova et la Suissesse Marcela Krinke Susmelj, qui dispute là sa troisième finale après Göteborg 2013 et Lyon 2014. Smeyers Molberg est parfois plus concentré en extérieur, mais un Top 6 ou 8 est tout à fais à leur portée. Deux Américains et deux Australiennes sont aussi en lice: à voir de près. Grand Prix vendredi à 12h30 (il compte pour beurre!), Kür dimanche dès 13h15, là aussi à suivre sur Equidia ou FEI-TV. 
Alban Poudret


Ce week-end

À l'étranger

En Suisse

Championnats vaudois – saut
Avenches/IENA

Championnats de Suisse – dressage
Roggwil/BE

Dans la même catégorie

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier