©FSSE ©FSSE

Le SECO n'entre pas en matière pour un soutien aux chevaux d'école

En date des 26 mars et 12 avril 2020 derniers, la Fédération Suisse des Sports Equestres FSSE et Swiss Horses Professionals SHP se sont adressés au Secrétariat d’Etat à l’économie SECO pour demander qu’un soutien spécifique soit alloué aux écoles d’équitation par rapport aux chevaux d’écoles qu’elles détiennent. En effet les coûts et la charge de travail en relation avec ces chevaux n’ont aucunement diminué durant la période d’interdiction des cours d’équitation alors que les revenus des dits cours ont totalement disparu.

Les chevaux d’école sont en quelque sorte des « collaborateurs » des écoles d’équitation et se sont donc retrouvés, depuis le 14 mars 2020, au chômage mais cela sans avoir droit à une allocation correspondante. Pour certaines écoles, la question pourrait se poser d’avoir à se séparer de ces « collaborateurs ». La proposition formulée le 12 avril était donc d’accorder à ces chevaux une sorte de « chômage partiel ». Cette proposition était co-signée par le Conseiller aux Etats Damian Müller, président de l’intergroupe parlementaire Cheval.

En date du 29 avril, Madame la Secrétaire d’Etat Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch a fait parvenir aux signataires de ce courrier une réponse négative (PDF en allemand ici).

Même si, au vu des décisions communiquées hier, les cours d’équitation pourront reprendre dès le 11 mai, décisions que nous saluons, nous sommes profondément déçus que la situation très particulière des chevaux d’école n’ait pas été prise en compte par le SECO et nous examinons actuellement les possibilités de relancer le combat sur ce sujet par la voie politique. Comm. FSSE. 


Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier