Endurance. Encore une bien triste affaire pour l'endurance. Photo FEI/MARTIN DOKOUPIL

Maltraitance animale : le TAS annule les 20 ans de suspension de la FEI contre un Emirati…

Un cavalier d’endurance des Emirats arabes unis avait été suspendu 20 ans par la FEI, le Tribunal arbitral du sport a annulé ce mardi cette sanction.

Deux semaines après avoir donné tort à la Fédération équestre internationale (FEI), qui voulait empêcher la cavalière sri-lankaise de saut Mathilda Karlsson d’aller aux JO de Tokyo en ayant obtenu une bonne partie de ses points lors de concours rankings « bidons » organisés pour quelques cavaliers triés sur le volet à Villeneuve-Loubet, le TAS a encore annulé ce mardi une décision importante et exemplaire prise récemment par le Tribunal de la FEI, à savoir les 20 de suspension à l’encontre d’un cavalier émirati d’endurance, le Cheikh Abdul Aziz Bin Faisal Al Qasimi (lire notre Focus de juillet 2020). Un coup d’arrêt dans le combat contre la maltraitance animale ? Ce serait évidemment fort inquiétant.
Rappelons les faits : lors d’un CEI 1* à Fontainebleau (FRA), en octobre 2016, le Cheikh Abdul Aziz Bin Faisal Al Qasimi avait dû faire euthanasier son cheval, Castlebar Contraband, qui s’était fracturé le canon de l’antérieur droit (fracture ouverte). Le 30 juin, le Tribunal de la FEI avait donné une peine exemplaire, sans précédent, une suspension de vingt ans au Cheikh, jugé responsable d’une blessure (fracture ouverte à l’os du canon) ayant entraîné la mort de son cheval. 
Or le 14 avril, le TAS a décidé d’annuler cette sanction en appel, estimant « qu'il n'y avait aucune preuve que le cheval avait subi un blocage nerveux ou une désensibilisation anormale durant la compétition ».  Le TAS a jugé que « La charge de maltraitance des chevaux n'avait pas été suffisamment prouvée par la FEI. »
La FEI, qui a communiqué la décision ce mardi, avait pourtant des arguments solides. Des échantillons de sang prélevés après la mort du cheval avaient révélé la présence de Xylazine, une substance utilisée comme sédatif, analgésique et relaxant musculaire. Cette substance est interdite en compétition, elle permet d’abaisser la fréquence cardiaque. La FEI estimait que le cheval avait été désensibilisé à l'entraînement, avant et pendant la compétition. Cette désensibilisation et l’arthrose du boulet expliquaient les fractures de stress qui avaient causé le drame.

Pas de preuve suffisante...
Les juges du TAS ont pourtant conclu que l'athlète n'avait pas commis de violation de l'article 142.1 du règlement général de la FEI et qu’ aucune sanction pour maltraitance ne pouvait être infligée. Les conclusions et sanctions imposées par le Tribunal de la FEI étaient donc “mal fondées” et le TAS a ordonné leur annulation : « Dans un cas comme celui-ci, qui concerne de graves allégations d'abus qui peuvent, si elles sont établies, entraîner de lourdes sanctions pour l’athlète, il doit y avoir une preuve suffisante établissant la violation présumée des règles. »
Ce jugement déçoit la FEI, mais cela ne diminue pas « sa détermination à continuer de travailler pour l’amélioration du bien-être des chevaux, notamment en endurance, et à sanctionner tout abus. » « Bien que nous respections la décision du TAS, nous sommes extrêmement déçus", a déclaré la Secrétaire générale de la FEI Sabrina Ibáñez. "La FEI doit défendre le bien-être des chevaux et lutter contre la maltraitance, donc perdre cette affaire en appel est plus que décourageant. La FEI a estimé qu'il s'agissait d'une affaire importante à poursuivre afin de protéger le bien-être du cheval, et les règles de la FEI en endurance ont encore été améliorées sur ce point depuis cette affaire, en 2016. »
Et le directeur vétérinaire de la FEI, le Dr Suédois Göran Åkerström, témoin expert devant le Tribunal de la FEI et le TAS, s’est également dit très déçu : « Nous sommes extrêmement frustrés d'avoir perdu cet appel devant le TAS, d'autant plus que la blessure grave de ce cheval impliquait une combinaison de facteurs de risques, qui ont au bout du compte conduit à sa mort. » 
A. P.

 


Ce week-end

À l'étranger

Jeux olympiques – complet
Tokyo (JAP)

CSI 3*/ CDI 3* Herzlake 
ALL

Championnat du monde juniors – voltige
Le Mans/FRA

En Suisse

Championnat de Suisse R – saut
Bättwil/SO

CC Ecublens – La Garance
VD

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier