Martin Fuchs et Clooney 51 A Rotterdam, Martin Fuchs devient champion d'Europe de saut avec Clooney 51. ©Nathalie Poudret

Martin Fuchs transforme l’argent en or, il est champion d’Europe

Impérial avec son génial Clooney, le Zurichois de 27 ans est sur la plus haute marche du podium. Ben Maher craque sur l’avant-dernier… Jos Verlooy 3e.

Martin Fuchs en or L'or européen pour Martin Fuchs ! ©Nathalie Poudret

Quelle tension, quelle pression, sous le chaud soleil de Rotterdam (32°) ! Une finale individuelle de saut passionnante, même si la 2e manche était assez peu technique et sans surprise, et une ambiance de feu, même si les tribunes n’étaient pas remplies. Et à la fin, un feu d’artifice pour Martin Fuchs et Clooney !

Le brillant et froid Zurichois avait fait ce qu’il fallait : un nouveau sans-faute avec son génial Clooney, qui n’a plus fait de barre depuis celle concédée dans la chasse. A Ben Maher de jouer ! On crut que le Britannique et son Explosion W n’allaient faire qu’une bouchée de ces dix ultimes obstacles, mais l’avant-dernier, un vertical sur bidet, tomba. Ben Maher était donc 2e, comme aux Européens 2013 de Herning !

Martin Fuchs commençait pourtant à croire que c’est lui qui était abonné à cette 2e place : en argent aux Mondiaux de Tryon 2018 et en argent encore à Göteborg, lors de la dernière finale de la Coupe du monde gagnée par son pote Steve Guerdat. Alors encore 2e? « Sincèrement, je pensais que Ben ne me ferait aucun cadeau et que je serais encore 2e. C’est trop beau d’être 1er !»

Sur les traces familiales

Martin Fuchs est champion d’Europe, à 27 ans. Son père, Thomas, l’avait été, mais par équipe. Et il y a 20 ans pile, à Hickstead, c’est son oncle, Markus, qui avait empoché l’argent individuel et par équipe. Martin est le premier Suisse en or aux Européens depuis Willi Melliger, son parrain, en 1993. Il y a pensé sur le podium, laissant sortir son émotion et ses larmes.

Ben Maher est 2e, le jeune Belge Jos Verlooy (23 ans) 3e, juste devant la championne du monde Simone Blum et Marcus Ehning, à moins d’une barre du podium. Steve Guerdat, 12e au final, a préféré renoncer à la 2e manche, ne sentant pas sa Bianca à 100% : « Elle manque d’énergie depuis vendredi, elle saute avec son cœur, mais je ne veux pas lui demander ça. » Grand reportage, interviews et album photos dans notre numéro de septembre, qui sortira dans dix jours.

Alban Poudret


Ce week-end

À l'étranger

En Suisse

Dans la même catégorie

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier