Pierre Durand 4 1990 JEM Stockholm©AP.jpg Pierre Durand aux JEM de Stockholm en 1990. ©Alban Poudret

Pierre Durand : « le risque de repli sur soi est grand »

Champion olympique en 1988 à Séoul avec Jappeloup, un an après avoir été sacré à St-Gall et deux ans avant de devenir champion du monde avec les Bleus à Stockholm, deux fois 2e de la Coupe du monde, Pierre Durand fut pendant cinq ans un habitué des podiums. Juriste, organisateur de plusieurs CSI, président de la FFE avant d’être candidat à la présidence de la FEI, président de l’INSEP, le centre d’entraînement olympique et paralympique français jusqu’en 2014, auteur de plusieurs livres, homme politique, commentateur avisé, le Bordelais a beaucoup de cordes à son arc et son regard sur l’actualité équestre est plus affûté et avisé que jamais. Nous l’avons rencontré lors de sa dernière visite dans ces Alpes suisses qu’il aime tout particulièrement. Balade entre cimes et problèmes du moment.

  • Pierre Durand, comment voyez-vous cette période pour les sports équestres, et notamment pour le saut d’obstacles, avec cette pandémie qui n’en finit pas? Etes-vous inquiet pour votre sport ? 
Pierre Durand médaille. ©AP Pierre Durand. ©AP
  • J’étais déjà inquiet. Je crains que cette période et ses conséquences conduisent le jumping de haut niveau à se refermer sur lui-même. Qu’il ne soit plus accessible qu’à une élite sociale. Une forme d’entre soi qui exclut les talents, sans moyens financiers. Si le haut niveau n’est plus accessible uniquement par la performance sportive, mais pour l’essentiel par la capacité que l’on a à financer sa propre participation, alors on sort du champ sportif. Depuis deux décennies, l’évolution du modèle économique des grands concours à l’exception de quelques rares d’entre eux a accentué ce phénomène. Vouloir grossir les dotations sans pouvoir les financer suffisamment par des droits télé, des recettes sponsoring et de la billetterie, conduit malheureusement les organisateurs à faire payer les participants. C’est un modèle fragile que le Covid-19 vient malmener encore davantage. Il touche à ses limites. Tout le monde est en mode survie. Pour pérenniser leurs évènements, les organisateurs peuvent être tentés de (…) . 

Retrouvez l'intégralité de cet entretien avec le champion olympique dans le dernier numéro de votre magazine


Ce week-end

À l'étranger

En Suisse

Dans la même catégorie

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier