CHI de Genève : Thomas Carlile nous parle du cross indoor

Thomas Carlile Thomas Carlile

Le week-end dernier, le cavalier de complet français Thomas Carlile était de passage au Chalet-à-Gobet pour dispenser un stage de trois jours. 3e du premier cross indoor du CHI de Genève l’an passé et membre de l’équipe de France médaillée de bronze lors des Européens cet été à Blair Castle, le Français de 28 ans sera à nouveau au départ du CHI samedi 12 décembre. Il a répondu à nos questions.

  • Vous participerez au cross indoor du CHI de Genève pour la deuxième fois. Comment l’appréhendez-vous ?

  • L’événement de l’an dernier a été une totale réussite. Un vrai régal de pouvoir venir à ce CHI et de monter sur cette piste !

 

  • Quels sont les points qui vous ont le plus marqué ?

  • On a été très bien accueilli par toute l’équipe organisatrice L’ambiance le soir de l’événement était vraiment fantastique. C’était très chaleureux et il y avait beaucoup d’ambiance. Je crois que c’était un événement innovant. Cela a été une sacrée nouveauté. En tant que cavalier, j’ai vraiment senti que c’était une vraie réussite. Il y avait un beau plateau de cavaliers avec de beaux chevaux, un parcours qui était splendide et une piste qui s’y prête à merveille. Et les organisateurs remettent cela cette année… et je me réjouis de faire à nouveau partie de l’expérience.

 

  • Quel cheval allez-vous monter ?

  • Je vais ramener Sirocco du Gers (ndlr : champion du monde des jeunes chevaux en 2013 et en bronze lors des Européens cet été à Blair Castle), qui était là l’an dernier (3e). Et mon idée est de faire mieux que l’an dernier. Mais j’ai vu qu’il y avait de sacrés pilotes cette année. J’espère qu’en un an mon couple avec Sirocco aura évolué suffisamment pour maintenir sa performance et essayer de faire mieux. Ça va être super.

 

  • Vous trouvez que ce genre d’épreuves est une belle vitrine pour le complet, notamment dans un 5* aussi prestigieux ?

  • C’est fantastique pour notre discipline de pouvoir montrer le concours complet lors de ces événements indoor qui animent la période hivernale des sports équestres. Cela nous permet de montrer notre sport à un public qui peut parfois être néophyte au concours complet et on le fait d’une très belle manière. Je trouve que le barème proposé à Genève (ndlr. au temps idéal) est une belle vitrine pour la discipline, car cela se rapproche du vrai concours complet. Sur les autres cross indoor, comme à Bordeaux et à Saumur où j’ai eu la chance de courir, ce sont des barèmes A ou C et je trouve que cela montre une équitation un peu plus risquée, que je ne trouve pas adaptée à ces événements indoor. Je pense que le barème de Genève est extra. Je ne veux pas faire de jugement maintenant, on fera le point à la fin du week-end, mais peut-être que la vitesse est à revoir. On pourrait l’augmenter car l’année dernière on a vu des chevaux finir le parcours en freinant légèrement pour essayer d’atteindre le temps idéal. Il faudrait arriver à ce que le chrono soit un peu plus difficilement atteignable. Ce sont des nouveautés, je pense que dans la conception de ces épreuves-là, on est encore en train de se chercher. On n’a pas le droit de mal montrer notre sport, pas le droit de montrer de la mauvaise équitation ou des prises de risques. J’aimerais vraiment que ces épreuves-là perdurent.

Propos recueillis pas Oriane Grandjean


Ce week-end

À l'étranger

En Suisse

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier