Keeley Durham Keeley Durham

Dans les coulisses du Rolex Grand Slam : Secrets d'éleveurs, rencontrez la "Next Gen", et bien plus !

Secrets d'éleveurs avec Keeley Durham et rencontre avec Thibault Philippaerts, au départ du CSI U25 de Genève.

  • Quel est votre premier souvenir lié aux chevaux ?
  • Mon plus ancien souvenir date de quand j’avais dix ans, quand j’ai fait mon premier concours au Parklands Equestrian Centre. Je participais à une épreuve pour les enfants, où l’on peut passer autant de fois qu’on veut jusqu’à faire un sans-faute. À chaque fois, mon père payait 50 pence, et il a fini par dépenser 20 livres sterling avant que je ne décroche une rosette, car mon poney s’arrêtait constamment et je n’arrêtais pas de tomber !
     
  • Quel est votre plus grand moment de fierté en tant que cavalière, femme de cheval ou éleveuse ?
  • J’ai la chance d’avoir vécu beaucoup de moments incroyables. En tant que cavalière, j’ai quelques souvenirs en tête, comme ma victoire à l’épreuve des Jeunes cavaliers du Horse of the Year Show de 1991, ou la médaille d’or par équipe (Jeunes cavaliers) aux championnats d’Europe de San Remo en 1992, aux rênes de Welham. Ce dernier était un cheval extraordinaire. Après moi, il a concouru et a remporté de nombreuses victoires avec John Whitaker, notamment le Grand Prix d’Aix-la-Chapelle. En tant qu’éleveuse, ma plus grande fierté reste d’avoir élevé Argento.

Interview complète, ainsi qu'une entrevue avec Thibault Philippaerts à lire ici

Comm. RGS

 


Dans la même catégorie

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier