Léa de Coulon ©Privée Léa de Coulon ©Privée

Léa de Coulon : la passion dans le sang

Bien classée lors du CSI -25 du Saut Hermès (2e et 5e du Grand Prix) et 3e du GP 2* de Malines, Léa de Coulon a connu la meilleure saison de sa jeune carrière en 2019. Après avoir fait ses armes sur les circuits nationaux poneys et children, la Neuchâteloise a pris, à 17 ans, le chemin de la Belgique. Rencontre.  

  • Léa, parle-nous de tes débuts ... 
  • Ma maman (Dominique, cavalière amateur, ndlr) a toujours monté. C’est grâce à elle et à mon grand-papa maternel Eddy Schöpfer – qui a toujours eu des chevaux et fait beaucoup d’élevage – que j’ai commencé l’équitation. Ma demi-sœur Sarah (cavalière nationale qui s’est illustrée jusqu’en Grand Prix, ndlr.) montait aussi. J’avais commencé à l’âge de 5 ans avec les poneys, à Corminboeuf. J’ai ensuite eu des poneys chez mon papa (Olivier, propriétaire des écuries de St-Blaise et mécène de Bryan Balsiger, ndlr) et chez mon grand-papa. J’ai toujours été très proche des chevaux : partir en vacances, c’était toute une histoire (rires) ! Les chevaux sont comme une drogue pour moi, cette passion a toujours été dans le sang. 
     
  • À l’âge de 17 ans, tu es partie t’établir en Belgique, chez Niels Bruynseels. Pourquoi ce choix? 
  • Je suis allée chez Niels afin de voir autre chose et pour évoluer auprès d’un grand cavalier. Ce fut une très bonne expérience, qui (...) 

Vous pouvez lire l'integralité de cette interview dans le numéro de juillet de votre magazine


Ce week-end

À l'étranger

Championnats d'Europe de dressage U25/JC/J/Ch.
Budapest (HON)

CCIO 4*/3* Le Pin au Haras
FRA

En Suisse

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier