Attelage Jérôme Voutaz De très nouvelles règles pour les épreuves d'attelage (ici Jérôme Voutaz à Tryon).

Forum sportif de la FEI : enfin un statut pour les grooms, de nouveaux règlements plus lisibles pour les voltigeurs et les meneurs

Une bonne partie de la seconde section a été consacrée aux grooms, à leur importance, leurs responsabilités et leur statut. La voltige aura un nouveau système de notes et aussi des championnats « jeunes », l’attelage des règles plus simples et médiatiques.

Nous consacrerons un article complet à la session sur les grooms dans le prochain numéro du Cavalier Romands. Sachez déjà que la FEI, pour ses 100 ans, a décidé de réparer un oubli ou une erreur en proposant un statut officiel aux grooms, partenaires essentiels pour les chevaux, les cavaliers et le sport. Leurs responsabilités et devoirs sont grands. Les Britanniques avaient leur propre organisation et ils sont à l’origine de la récente création de l’IGA, l’Association internationale des grooms. 

La FEI a aussi organisé des cours (en anglais et en espagnol), fait des applications et elle veut intensifier cela. Son président, Ingmar De Vos, imagine un Memorandum of Understanding et un groupe consultatif sera présidé par Frank Kemperman, le directeur du CHIO d’Aix-la-Chapelle, qui commença par être groom. Article dans Focus le mois prochain !

Voltigeurs et meneurs réforment !

On a ensuite parlé voltige. On va légèrement modifier le format des grands championnats, qui se dérouleront sur quatre jours. Le troisième jour, il y aura la finale libre pour les 20 meilleurs hommes et femmes, le quatrième, les finales libres du Pas de Deux (15) et des groupes (8). Et on ira selon l’ordre inverse du classement provisoire, comme dans d’autres disciplines. Il y aura aussi des championnats jeunes, pour faciliter la transition entre juniors et élite.

La méthode de jugement sera aussi différente selon les niveaux, comme l’a expliqué la Suissesse Anita Flamand. La note sur le cheval comptera toujours pour 25%, mais pour la technique, l’artistique, le degré de difficulté et la composition, ça variera. Le degré de difficulté variera ainsi de 0 à 40% dans le poids des notes ! Aucune question ni objection n’est venue alimenter le « débat ». Un bien ?

Pour l’attelage, on va aussi rénover le système et même de façon spectaculaire ! Le chef de la Commission, le Hongrois Karoly Fugli a ainsi annoncé que l’idée était de ne plus additionner des notes et des points jusqu’au bout, mais de convertir l’avance ou le retard au dressage en secondes et ensuite de laisser faire le chronomètre sur le marathon et la maniabilité (où il n’y aura plus de temps accordé). En franchissant la ligne, le meneur saura son résultat final : 235,43 secondes ! Beaucoup plus lisible !

Et à ceux qui s’en inquiètent - dans cette discipline, au moins, il y a eu beaucoup de questions -, le chef a su répondre : « Ce sera beaucoup plus clair et spectaculaire », « Les classements de Kronenberg auraient été assez identiques », « Il n’y aura plus d’erreurs de calculation », « Le chef de piste ne pourra plus mettre un temps accordé impossible à la maniabilité et les sans-faute ne seront plus ex æquo, c’est le plus rapide qui sera récompensé », « On évitera des tours trop rapides et dangereux en mettant des cônes compliqués », etc.

On va aussi modifier les inspections des chevaux (« Avant le marathon, c’est plus important qu’avant le dressage »), baisser un peu le niveau des juges en 3*normal (pas en Coupe du monde, hormis pour le steward), histoire d’aider les organisateurs, et baisser les exigences en 2* pour mieux former les chevaux, a expliqué Manuel Bandeira de Mello. En attelage, ça bouge !

Alban Poudret


Ce week-end

À l'étranger

En Suisse

National & championnats de Suisse de la relève
Chalet-à-Gobet/VD

Dans la même catégorie

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier