Yasmin Ingham (GBR) Banzal du Loir La Britannique Yasmin Ingham et le SF Banzal du Loir sont champions du monde! Photo Nathalie Poudret

Mondiaux de Rome : Une jeune Anglaise et les Allemands en or, les Suisses aux JO

Yasmine Ingham, la néophyte de 25 ans, triomphe avec Banzai du Loir, suite aux deux barres de Michael Jung, en or par équipe. Divine surprise, il y avait sept places pour les JO et non 6 : la Suisse, 7e, participera donc à Paris 2024 !

Quel parcours de saut palpitant pour boucler ces Mondiaux de complet de Pratoni del Vivaro : un tour hyper sélectif et long d’Uliano Vezzani, qui a posé des problèmes à tout le monde, même aux meilleurs. Il y a eu douze sans-faute, certes, mais beaucoup de fautes et un as comme Michael Jung a fait deux barres avec fischerChipmunk, en tête après le cross, reculant ainsi au 5e rang final. Deux barres sur les trois derniers obstacles, vous imaginez le suspens de folie et l’ambiance dans les tribunes.

L’Allemagne s’est consolée avec l’or par équipe. Les USA ont sauvé la 2e place, la Nouvelle-Zélande la 3e, voilà qui signe le retour de deux grandes nations de complet. Les Britanniques, 4es, étaient « chocolat » et leur leader, Rosalind Canter, la tenante du titre, 4e aussi.

Or si la Grande-Bretagne avait inclus Yasmin Ingham (25 ans) dans son quatuor, elle aurait gagné sur les deux tableaux. Lancée comme individuelle dans ce qui était son premier grand championnat (hormis les Européens poneys, gagnées en 2013), cette jeune ressortissante de l’Ile de Man a fait une véritable démonstration avec son joli français Banzai du Loir, pour battre les championnes olympiques Julia Krajewski et Amande de B’Néville, 2es, et le Néo-Zélandais Tim Price, seul homme sur le podium individuel.

Les Suisses bien soulagés !

Divine surprise, les Suisses avaient découvert hier qu’il y avait sept places à gagner pour les JO ici aux Mondiaux de complet et non pas six, comme prévu. Il n’y aura en effet pas de ticket offert sur le Circuit des Nations 2022 et que deux places à gagner l’an prochain aux Européens. Du coup ça faisait 7 places (contre cinq en saut à Herning et six en dressage).

Et ce dimanche les Suisses ont justement obtenu la 7place par équipe, en finissant à… moins d’une barre des Irlandais, 5es, et à un point des Suédoises, 6es, mais il n’y a pas trop de regrets à avoir, l’essentiel est sauf : une place aux JO dans les parcs de Versailles, alors que l’équipe de saut devra encore se battre pour cela début octobre à Barcelone ou l’an prochain. La Belgique, 8e, est à trois barres des Suisses : pas trop de regrets là non plus !

L'essentiel est sauf!

La journée avait assez mal commencé avec le tour à 17,2 pts de Mélody Johner et Toubleu de Rueire, si brillants la veille sur le cross. « Il y a des choses à améliorer, mais là je ne veux que me réjouir avec et pour l’équipe. On pourra préparer les JO plus tranquillement et ménager nos chevaux », confiera en substance la Vaudoise.

Victorieux ici en mai et très sûrs, Robin Godel et Grandeur de Lully CH ont remis la Suisse sur les rails en bouclant leur tour avec une faute et 6 pts. « J’aurais pu éviter le dépassement de temps, mais il fallait surtout assurer l’essentiel. Mon cheval a été fantastique », dira le Fribourgeois, bon 15e (sur 90). 

Felix Vogg et Cartania pouvaient se permettre trois barres pour la qualification olympique, ils en firent deux, mais le cavalier, 14e, les regrettait amèrement, car il aurait pu finir dans le Top 10 et il s’en voulait. Pour Dominik Burger, Andrew Nicholson, Lesley McNaught et Gilles Ngovan, l’essentiel a été réussi : le ticket pour les JO. Grand reportage dans notre prochain numéro, avec plein de photos et d’interviews. 

Alban Poudret


Ce week-end

À l'étranger

En Suisse

Dans la même catégorie

Nos partenaires

N'attendez plus!

Abonnez-vous!

Suivez le #CavalierRomand

Le magazine a bien été ajouté à votre panier !

Continuer sur le site Voir le panier